Le 12 novembre, une kilonova particulièrement brillante a été observée. Des scientifiques soupçonnent que la naissance d'un magnétar en est à l'origine : il serait issu de la fusion de deux étoiles à neutrons. - ESO/L. Calçada
Le 12 novembre, une kilonova particulièrement brillante a été observée. Des scientifiques soupçonnent que la naissance d'un magnétar en est à l'origine : il serait issu de la fusion de deux étoiles à neutrons. - ESO/L. Calçada
Le 12 novembre, une kilonova particulièrement brillante a été observée. Des scientifiques soupçonnent que la naissance d'un magnétar en est à l'origine : il serait issu de la fusion de deux étoiles à neutrons. - ESO/L. Calçada
Publicité
Résumé

Qu’est-ce que l’astronomie multi-messager ? Quels types de signaux prend-elle en compte ? Comment ces signaux sont-ils associés pour observer sous plusieurs angles un même évènement cosmique ? Quelles sont les principales réussites de cette astronomie, et comment va-t-elle évoluer ?

En savoir plus

On peut observer l’univers de multiples façons. Allongé dans l’herbe, la tête dans les étoiles. Avec un télescope, petit ou grand, pour observer la lumière visible. Avec un radiotélescope qui va lui aller explorer le domaine radio, d’autres longueurs d’ondes, on peut ainsi regarder l’espace à travers tout le spectre : optique, rayons X, proche infrarouge, radio. Mais ce n’est pas tout : ces observations du spectre électromagnétique peuvent être recoupées avec d’autres signaux, les ondes gravitationnelles par exemple, mais aussi le rayonnement cosmique, ou les neutrinos. En croisant les signaux, il est possible de voir le cosmos comme on ne l’a jamais vu. Bienvenue dans l’ère de l’astronomie multimessager.

Astronomie multimessager : croisez les sources. C’est le programme exploratoire qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour aller explorer l’univers par tous les angles, et par tous les signaux, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Sarah Antier, astrophysicienne au laboratoire Astroparticule et Cosmologie et Marie-Anne Bizouard, astrophysicienne, directrice de recherche CNRS à l’Observatoire de la côte d’Azur ARTEMIS, membre de la collaboration Ligo-Virgo.

58 min

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de l'émission du jour sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

58 min
58 min
58 min

Les références musicales

Le titre du jour : "Something wrong" par Steve Amber 

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm 

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Production déléguée
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration