Observer, est-ce perturber la fonction d’onde qui décrit l’état d’une particule ? ©Getty -  portishead1
Observer, est-ce perturber la fonction d’onde qui décrit l’état d’une particule ? ©Getty - portishead1
Observer, est-ce perturber la fonction d’onde qui décrit l’état d’une particule ? ©Getty - portishead1
Publicité
Résumé

La théorie quantique est-elle compatible avec l’existence d’une réalité objective, indépendante de l’observateur ? Quel est le problème entre la mesure et la réalité ? Comment la mesure de l’observateur influe-t-elle sur la réalité ? La réalité existe-elle en dehors de l’observation ?

avec :

Michel Bitbol (Directeur de recherche au CNRS , aux Archives Husserl de l’ ENS à Paris), Alexia Auffèves (Directrice de recherche au CNRS et à l’institut Néel, coordinatrice de Quantum Engineering Grenoble).

En savoir plus

Tout commence par un chat. Vous le connaissez ce chat : enfermé dans une boite avec une fiole de poison, il est à la fois vivant et mort, jusqu’à ce que vous ouvriez la boite, et que vous fixiez son état. Mais tant que vous n’avez pas ouvert, tant que vous n’avez pas observé, le chat de Schrödinger co-existe dans les deux états, vivant, et mort. Et si vous n’ouvriez jamais la boite ? Que se passerait-il ? Si vous ne mesuriez jamais ce système ? Finirait-il par se déterminer ? Pour un chat, certainement, puisque c’est un organisme mortel. Mais pour une particule ? Qu’est-ce qui va décider de son état ? Est-ce toujours l’observateur ? La réalité n’existe-t-elle que par ce que nous provoquons sa réduction en l’observant ? Et est-ce que vous avez bien pensé à nourrir le chat, d’ailleurs ? 

Chéri, j’ai encore réduit le paquet d’ondes ! C’est le programme en deux parties qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et oui, « encore » réduit parce que le paquet d’ondes a été réduit une première fois, c’était le 13 octobre dernier. Chose promise chose due, voici donc la deuxième partie de cette discussion captivante sur la réduction de la fonction d’onde, et le passage de la physique quantique à la physique « classique » avec les deux mêmes brillants interlocuteurs que nous sommes ravis de retrouver : Alexia Auffèves, directrice de recherche CNRS à l’Institut Néel de Grenoble et Michel Bitbol, directeur de recherche émérite au CNRS en philosophie des sciences aux archives HUSSERL de l’Ecole Normale Supérieure.

58 min

Le reportage du jour

Le QBisme, pour quantum bayesianism - bayésianisme quantique -, fait partie des approches visant à donner une interprétation subjective de la mesure quantique. Dans ce cadre, la fonction d’onde n’a pas de réalité et n’est qu’un outil mathématique qui porte les croyances de l’observateur qui effectue la mesure sur un système quantique. Éclairage de Alexei Grinbaum, physicien et philosophe au LARSIM du CEA de Saclay. Par Céline Loozen :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - REPORTAGE

6 min

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Les références musicales

Le titre du jour : "The Green Ray" par Emma Sand Group

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm 

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Production déléguée
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration