Pourquoi les vaccins à ARN semblent-ils mieux fonctionner que les vaccins à ADN ?
Pourquoi les vaccins à ARN semblent-ils mieux fonctionner que les vaccins à ADN ?
Pourquoi les vaccins à ARN semblent-ils mieux fonctionner que les vaccins à ADN ?  ©Getty - Tang Ming Tung
Pourquoi les vaccins à ARN semblent-ils mieux fonctionner que les vaccins à ADN ? ©Getty - Tang Ming Tung
Pourquoi les vaccins à ARN semblent-ils mieux fonctionner que les vaccins à ADN ? ©Getty - Tang Ming Tung
Publicité
Résumé

Que sait-on de la réaction des personnes vaccinées face à l’arrivée des nombreux variants du SARS-CoV-2 ? Quels sont les variants principaux actuellement en circulation et pourquoi ce foisonnement ? Que sait-on du triptyque de mutations K417N, E484K, N501Y ?

avec :

Etienne Simon-Lorière (Virologue, responsable de l’unité Génomique évolutive des virus à ARN à l’Institut Pasteur), Anne Goffard (Médecin, virologue au CHU de Lille et enseignante à la faculté de Pharmacie de Lille).

En savoir plus

Il y a le variant britannique, dont la prolifération a conduit à des reconfinements locaux, notamment à Dunkerque. Il y a le variant Sud Africain, qui semble compliquer notoirement la réponse immunitaire, et donc réduire l’efficacité des vaccins. Le variant brésilien, lui aussi apparemment plus contagieux. Sans compter, d’un coup, tous ces nouveaux variants qui apparaissent les uns derrière les autres, et qui menacent, nous dit-on, de rendre les vaccins moins performants et laissent entrevoir encore de longs mois de pandémie, lorsqu’on commençait à espérer apercevoir le bout du tunnel. Face à cette déferlante, on fait un point complet sur les différentes mutations du virus, et sur leur impact sur la vaccination.

Covid : la course contre les variants. C’est le programme mutant qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour faire le point complet sur ces mutations, leur combinaisons dans les différents variants, et les avantages que cela peut leur donner en matière d’infectiosité ou de contagiosité, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Anne Goffard, médecin, virologue au CHU de Lille et enseignante à la faculté de pharmacie de Lille et Etienne-Simon Lorrière, virologue, responsable de l’unité Génomique évolutive des virus à l’ARN à l’Institut Pasteur.

Le reportage du jour

Rencontre avec Laurence Josset, virologue et responsable du séquençage dans le Centre National de Référence des virus respiratoires et des entérovirus des Hospices Civils de Lyon, aujourd’hui consacré à la recherche par séquençage des variants du SARS-CoV-2. Par Eléonore Pérès.

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Les références musicales

Le titre du jour : "Tout semble déjà mort" par Baume

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm 

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Production déléguée
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration