Les associations de patients souffrant de formes persistantes du Covid-19 commencent à mobiliser la recherche sur le Covid long, une forme encore mal définie par la recherche.
Les associations de patients souffrant de formes persistantes du Covid-19 commencent à mobiliser la recherche sur le Covid long, une forme encore mal définie par la recherche.
Les associations de patients souffrant de formes persistantes du Covid-19 commencent à mobiliser la recherche sur le Covid long, une forme encore mal définie par la recherche. ©Getty -  Juanmonino
Les associations de patients souffrant de formes persistantes du Covid-19 commencent à mobiliser la recherche sur le Covid long, une forme encore mal définie par la recherche. ©Getty - Juanmonino
Les associations de patients souffrant de formes persistantes du Covid-19 commencent à mobiliser la recherche sur le Covid long, une forme encore mal définie par la recherche. ©Getty - Juanmonino
Publicité
Résumé

De quoi parle-t-on quand on parle de Covid long ? Combien de personnes sont concernées par ce Covid long et quelles sont les conséquences de ce Covid long sur les personnes qui en souffrent ? Quelles implications auraient la reconnaissance par la France des conséquences du Covid long ?

avec :

Dominique Salmon-Ceron (Infectiologue à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu à Paris), Viet-Thi Tran (Médecin chercheur et co-investigateur du projet ComPaRe au sein de l'APHP (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris). Maître de conférence à l’université de Paris et à l’APHP).

En savoir plus

Nous vous en avions parlé, avec les précautions épistémiques d’usage, une étude, publiée dans The Lancet, sur quelques 1700 patients chinois hospitalisés, montrait que 3 sur 4 continuait à présenter des symptômes du Covid, dit aussi Covid long, plus de 6 mois après leur infection. Mais qu’est-ce que c’est exactement que ce Covid long ? Le tableau symptomatologique est très vaste, mais la réalité de la souffrance des patients est bien réelle. Comment appréhender cette chronicité de la maladie avec aussi peu de recul ? Des associations de patients commencent à se former pour tâcher d’assister le monde médical, qui semble encore très désemparé face à cet autre visage de la pathologie.

Covid, une maladie au long cours ? C’est le programme persistant qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique

Publicité

Et pour tâcher de comprendre ce qu’est exactement ce Covid long, quels en sont les symptômes et quel type de patients sont concernés, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Viet-Thie Tran, médecine chercheur et co-investigateur du projet ComPaRe, au sein de l’APHP, où il est également maître de Conférences et Dominique Salmon-Céron, infectiologue, et professeure de maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu à Paris.

Cela peut être une perte de goût et d’odorat qui se prolonge sur de longues semaines, au-delà de deux mois, voire trois. Cela peut-être aussi une sensation de fatigue qui ne s’en va jamais, une impossibilité à recommencer à fournir des efforts « normaux », y compris pour des personnes qui étaient « sportives » avant de tomber malade ou encore d’importants maux de têtes, des troubles digestifs, voire des douleurs musculaires dans le dos.

Le Covid long est protéiforme, il ne concernerait a priori pas que les gens qui ont été hospitalisés ou ont souffert de formes sévères et les différentes études qui y sont consacrées sont à la fois difficiles à appréhender, parfois contestées et surtout limitées par le peu de recul que nous avons sur la maladie.

Mais il semble indéniable que des troubles puissent persister après avoir contracté la maladie. Quels sont-ils ? Combien de personnes concernent-ils ? Peut-on imaginer qu’une partie d’entre eux soient d’origine somatique ?

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

À réécouter : Le Covid long toucherait trois malades hospitalisés sur quatre

Les références musicales

Le titre du jour : "Mirrorball" par Temps calme 

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm 

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Production déléguée
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration