Déchets nucléaires : un débat radioactif

Les déchets radioactifs proviennent pour l'essentiel de l'industrie nucléaire. Les autres sont issus de l'utilisation d'éléments radioactifs dans les hôpitaux,  universités et certaines industries non nucléaires, et des activités liées à la défense.
Les déchets radioactifs proviennent pour l'essentiel de l'industrie nucléaire. Les autres sont issus de l'utilisation d'éléments radioactifs dans les hôpitaux,  universités et certaines industries non nucléaires, et des activités liées à la défense. ©Getty -  Gregory Adams
Les déchets radioactifs proviennent pour l'essentiel de l'industrie nucléaire. Les autres sont issus de l'utilisation d'éléments radioactifs dans les hôpitaux, universités et certaines industries non nucléaires, et des activités liées à la défense. ©Getty - Gregory Adams
Les déchets radioactifs proviennent pour l'essentiel de l'industrie nucléaire. Les autres sont issus de l'utilisation d'éléments radioactifs dans les hôpitaux, universités et certaines industries non nucléaires, et des activités liées à la défense. ©Getty - Gregory Adams
Publicité

Qu’est-ce qu’un déchet radioactif ? Quelle classification pour les déchets radioactifs ? Comment s’organise leur gestion ? Quelles sont les différentes barrières d’un stockage ? Pourquoi le choix d’un stockage en couche géologique profonde pour la France ? Pour quels types de déchets ?

Avec
  • Bernard Bonin Ancien directeur scientifique du CEA
  • Marcos Buser géologue (Ecole Polytechnique Fédérale de Zürich), expert dans maintes Commissions nationales et régionales dans le domaine nucléaire et la gestion de déchets spéciaux,

Le 25 novembre dernier étaient rendues les conclusions de la cinquième édition du PNGMDR, le plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs, un débat public de 5 mois sur l’avenir à donner à la gestion et au stockage des déchets nucléaires un compte rendu qui survient alors que l’on apprend que dans l’océan Pacifique, le sarcophage en béton de l’île de Runit, qui contient les restes d’essais nucléaires américains effectués à la fin des années 70, est en train de se fissurer et risque, à terme, d’être englouti par la montée des eaux. Que faire de ces déchets, quelles solutions à court, moyen et très long terme ?

Déchets nucléaires : un débat radioactif : c’est le programme au long cours qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour évoquer ces questions et notamment la question centrale de la réversibilité, nous avons le plaisir d’accueillir aujourd’hui Bernard Bonin, ancien directeur scientifique du CEA et membre du conseil scientifique de l’IRSN, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire et avec Marcos Buser, géologue et ancien membre de la Commission fédérale de sécurité nucléaire en Suisse.

Le reportage du jour

Avant leur mise au tombeau, les déchets nucléaires suivent un long circuit de traitement. Reportage à l’institut nucléaire de base du CEA de Saclay, dans la zone de gestion des déchets radioactifs solides. Dans cette unité, Fabien Morel, directeur de l’Unité d'Assainissement /Démantèlement de Saclay et Magaly Gayalin, adjointe au chef d’installation, présentent les étapes successives que subissent ces déchets : emballage, mise en fût, entreposage et confinement final. Par Céline Loozen :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage dans la zone des déchets radioactifs solides du CEA de Saclay

6 min

Repères

  • Le nucléaire produit, entre autres, des déchets dits de moyenne activité à vie longue (MA-VL) ainsi que des déchets de haute activité (HA). 
  • Pour gérer ces déchets qui présentent un haut niveau de radioactivité et une durée de vie longue, la solution française, actée par la loi de 2006, consiste à les concentrer dans une couche d’argile à 500 m de profondeur. De là est né le projet de construction Cigéo, porté par l’Andra. La construction de ce Centre industriel de stockage géologique devrait débuter en 2022 à Bure, dans la Meuse / Haute-Marne. L’objectif annoncé est de protéger principalement les déchets MA-VL et HA des agressions extérieures et les isoler de la biosphère sur le long terme sans nécessiter d’action humaine au-delà de sa phase d’exploitation (100 ans).

Le fil de l'émission

[Thread] Retrouvez aussi toutes les sources de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique

Les références musicales

Le titre du jour : "Radioactivity" par Kraftwerk

Le générique de début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Framh

L'équipe