Que peut nous apprendre la SF sur l’avenir de la santé ?
Que peut nous apprendre la SF sur l’avenir de la santé ?  ©Getty -  MR.Cole_Photographer
Que peut nous apprendre la SF sur l’avenir de la santé ? ©Getty - MR.Cole_Photographer
Que peut nous apprendre la SF sur l’avenir de la santé ? ©Getty - MR.Cole_Photographer
Publicité

Quel regard porte aujourd’hui la SF sur la crise en cours, et sur l’avenir de la santé en général ?

Avec
  • Stuart Calvo Responsable de la communication des éditions La Volte
  • Norbert Merjagnan romancier

Un an de pandémie. Un an où l’on entend dire que la réalité a rattrapé la fiction, que le réel est devenu dystopique, que se succèdent devant les micros et les caméras virologues, infectiologues, épidémiologistes, immunologues et j’en passe. Mais depuis un an, il y a pourtant une catégorie de personne qui avait non pas prévu, mais envisagé l’effondrement des systèmes de santé, la diffusion d’un virus nouveau à l’échelle planétaire, la désorganisation sociale, économique et culturelle qu’une pandémie mondiale fait planer sur nos sociétés et ces personnes-là, on les a très peu entendues. Jusqu’à aujourd’hui : écoutons ce que la science-fiction a à nous dire de la crise sanitaire que nous traversons !

Demain la santé : soignez-vous à la SF ! C’est le programme pas très en forme qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour évoquer l’avenir de la santé, de la médecine, de notre rapport à la maladie, pour se projeter dans ce futur où, on ne va pas se mentir, en général, les choses ne se sont pas très bien passées, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Stuart Calvo, directrice de collection aux éditions La Volte, coordinatrice de l’ouvrage collectif Sauve qui peut : Demain, la santé, Norbert Merjagnan, écrivain, scénariste, et contributeur à cet ouvrage collectif et Léo Coutellec, philosophe des sciences, maitre de conférence en épistémologie et éthique des sciences contemporaines à Paris-Saclay, co-auteur de Le futur de la santé – pour une éthique de l’anticipation aux éditions Maisons des sciences de l’homme.

Parmi les visions du futur de la médecine, il y a le classique cyberpunk où les plus riches s’augmentent et remplacent leurs organes défectueux par la cybernétique.

Il y a la fissure devenue béante entre les populations pauvres, sans assurance, incapables de payer pour leurs soins et les ultra riches qui accèdent à la vie quasi éternelle à force de technologie de pointe.

Il y a le vaccin universel, l’abolition de la maladie également, mais à quel prix, à quel coût en matière de libertés et de surveillance. Bref, généralement, il y a de grosses corporations, Big Pharma version très méchante et l’être humain qui se débat, qui tente de garder sa liberté tout en restant en vie.

Dans l’ensemble, le futur de la santé tel que le dépeint la SF n’est jamais très reluisant mais ce n’est pas, a priori, ce pour quoi est faite la SF, qui n’est généralement pas là pour nous flatter dans le sens du poil. Quel regard porte aujourd’hui la SF sur la crise en cours, et sur l’avenir de la santé en général ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les ouvrages des invités

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Les références musicales

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm 

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Production déléguée
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration