Le frère Alfred Brousseau (1907 -1988) tenant une réplique de pomme de pin en vue de démontrer le principe mathématique de la spirale de Fibonacci ©Getty - Ted Streshinsky/Corbis
Le frère Alfred Brousseau (1907 -1988) tenant une réplique de pomme de pin en vue de démontrer le principe mathématique de la spirale de Fibonacci ©Getty - Ted Streshinsky/Corbis
Le frère Alfred Brousseau (1907 -1988) tenant une réplique de pomme de pin en vue de démontrer le principe mathématique de la spirale de Fibonacci ©Getty - Ted Streshinsky/Corbis
Publicité
Résumé

Fibonacci est connu pour la suite qui porte son nom mais qui est-il ? Comment ce savant italien a-t-il permis l’introduction au “monde occidental” des mathématiques arabes ? Et en quoi cela a-t-il été déterminant pour le développement des mathématiques en Europe à partir du Moyen-Age ?

avec :

Marc Moyon (Maître de conférence en histoire des mathématiques à l'Université de Limoges (XLIM - UMR CNRS n°7252), Chercheur associé au Centre Alexandre Koyré).

En savoir plus

De Leonardo Pisano, fils du marchand Gugliemo Bonacci, ce qui lui vaudra le nom de filius Bonacci, Fibonacci, l’histoire aura retenu une chose : une suite mathématique, dont le rapport entre chaque terme tend vers le nombre d’or, ce nombre quasi mystique qui hante l’histoire des sciences comme l’histoire des arts depuis l’antiquité. Or l’apport de Fibonacci est bien plus large que son seul « problème des lapins », et raconte l’histoire du passage des mathématiques de l’époque antique à celles que nous pratiquons aujourd’hui encore.

Fibonacci, une suite qui vaut de l’or, c’est le problème que nous allons examiner dans l’heure qui vient.

Publicité

Et pour évoquer cette histoire et essayer de la faire sortir de la seule et unique ornière de sa suite, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Marc Moyon, maître de conférences en histoire et épistémologie des mathématiques à l’université de Limoges.

Le reportage du jour

La phyllotaxie et la suite de Fibonacci, avec Stéphane Douady, physicien naturaliste au Laboratoire Matière et Systèmes Complexes de l’université Paris Diderot. Par Céline Loozen

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage "Phyllotaxie et suite de Fibonacci" interview de Stéphane Douady à l'université Paris Diderot

6 min

Le fil de l'émission

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les références musicales

Le titre du jour : « Allegro Barbaro (Sz. 49) pour piano » de Bela Bartok

Générique du début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Générique de fin : "Bergschrund" par DJ Shadow

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Elisabeth Miro
Réalisation
Zoé Sfez
Zoé Sfez
Zoé Sfez
Production déléguée
Céline Loozen
Collaboration