Portrait de Gaston Bachelard, photographié chez lui à Paris, le 06 novembre 1961, après s'être vu décerné le Grand Prix National des Lettres pour l'ensemble de son oeuvre
Portrait de Gaston Bachelard, photographié chez lui à Paris, le 06 novembre 1961, après s'être vu décerné le Grand Prix National des Lettres pour l'ensemble de son oeuvre
Portrait de Gaston Bachelard, photographié chez lui à Paris, le 06 novembre 1961, après s'être vu décerné le Grand Prix National des Lettres pour l'ensemble de son oeuvre - AFP
Portrait de Gaston Bachelard, photographié chez lui à Paris, le 06 novembre 1961, après s'être vu décerné le Grand Prix National des Lettres pour l'ensemble de son oeuvre - AFP
Portrait de Gaston Bachelard, photographié chez lui à Paris, le 06 novembre 1961, après s'être vu décerné le Grand Prix National des Lettres pour l'ensemble de son oeuvre - AFP
Publicité
Résumé

Quelle était la vision de Bachelard sur les sciences et le progrès ? En quoi son parcours en faisait un philosophe pas comme les autres de son temps ? D’où provenait le caractère inédit de sa philosophie des sciences ? Quelle a été sa carrière entre la philosophie, les sciences et l’enseignement ?

avec :

Michel Bitbol (Directeur de recherche au CNRS , aux Archives Husserl de l’ ENS à Paris), Daniel Parrochia (professeur émérite à la faculté de philosophie de l'université de Lyon 3).

En savoir plus

D’aucuns estiment que le XXème siècle est le siècle qui consomme le divorce, définitif, entre les humanités et les sciences, que les grands savants, à la pensée holistique des lumières, deviennent de grands spécialistes, dans des champs de recherche de plus en plus étroits qu’ils en deviennent complexes. Et pourtant, c’est à cette période, qui voit naître les deux grandes révolutions de la physique que sont la relativité générale et la mécanique quantique, qu’évolue, pense, écrit et théorise Gaston Bachelard, scientifique, philosophe, épistémologue et historien, un esprit brillant, auteur de la « Formation de l’esprit scientifique », qui va formaliser l’exercice de la science comme une pensée contre l’opinion, contre son cerveau, contre soi. 

Gaston Bachelard, la philosophie de l’obstacle : c’est le programme accidenté qui va occuper La Méthode scientifique pour l’heure qui vient.

Publicité

Et pour évoquer le parcours intellectuel et l’héritage bachelardiens, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Daniel Parrochia, philosophe, épistémologue, professeur émérite et honoraire à l’Université de Lyon III et Michel Bitbol, chercheur en philosophie des sciences, directeur de recherche CNRS aux archives HUSSERL de l’Ecole Normale Supérieure.

Le fil de l'émission

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les références musicales

Le titre du jour : « Lucid (instrumental) » par MMOTHS

Le générique de début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Natacha Triou
Collaboration
Céline Loozen
Collaboration