La génomique tente de relier les informations contenues dans la séquence d'ADN et les caractéristiques des organismes vivants. ©Getty
La génomique tente de relier les informations contenues dans la séquence d'ADN et les caractéristiques des organismes vivants. ©Getty
La génomique tente de relier les informations contenues dans la séquence d'ADN et les caractéristiques des organismes vivants. ©Getty
Publicité
Résumé

Dans quelles mesures l'intelligence artificielle peut-elle nous aider à décrypter l'ADN ? Qu’appelle-t-on génomique computationnelle ? Comment ce champ de recherche a-t-il émergé ? Comment le deep learning peut-il être mis au service de la génomique ?

En savoir plus

Il aura fallu près de 15 ans pour séquencer le premier génome humain. Il faut aujourd’hui quelques heures, tout au plus. Et ce, en partie grâce aux progrès de la technique et de l’informatique dans le traitement des gros volumes de données.

Depuis quelques années, des chercheurs mettent à profit les incroyables progrès effectués en intelligence artificielle, pour développer la recherche en génomique : remplir des séquences manquantes à l’échelle d’un génome entier, modifier des génomes animaux pour les rendre compatibles avec l’humain, ou, à terme, produire un génome de synthèse, entièrement compilé grâce à l’IA, pour lever les barrière éthiques de la recherche sur l’être humain.

Publicité

"Génomique et IA : les liaisons fructueuses" c’est le programme informatico-biologique qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue à "La Méthode Scientifique" !

Et pour comprendre comment se rencontrent et s’interpénètrent la recherche en génomique et les dernières recherches en réseaux de neurone et en apprentissage machine. Nous avons le plaisir de recevoir Flora Jay, chercheuse CNRS au laboratoire interdisciplinaire des sciences du numérique à l’université Paris Saclay, et Julien Mozziconacci, professeur en biologie computationnelle au Musée National d'Histoire Naturelle.

Le reportage du jour

Rencontre avec Jean Cury, post doctorant au Laboratoire interdisciplinaire des sciences du numérique à l’Université Paris Saclay. Comment développer des méthodes basées sur des réseaux de neurones pour étudier la génétique des populations bactériennes, que ce soient des génomes récents ou anciens ? Par Antoine Beauchamp.

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage

7 min

La recherche montre en main

En quatre minutes, Jérémy Grignard présente sa thèse, qu'il effectue dans le cadre de l’Ecole polytechnique en Informatique, Données, Intelligence Artificielle, et sous convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE), sous la direction de François Fages et Thierry Dorval, depuis mars 2019.

"Méthodes computationnelles pour améliorer les phases primaires de recherche de nouveaux médicaments"

Pour aller plus loin

Retrouvez le thread de l’émission du jour sur le fil twitter de La Méthode Scientifique.

58 min
58 min
58 min

Les références musicales

Le titre du jour : "Party like a human" par General Electriks

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Production déléguée
Olivier Bétard
Réalisation
Mariam Ibrahim
Collaboration
Céline Loozen
Collaboration