Un séjour en impesanteur fait grandir, tandis que sur Terre, nos muscles luttent contre la gravité.
Un séjour en impesanteur fait grandir, tandis que sur Terre, nos muscles luttent contre la gravité.
Un séjour en impesanteur fait grandir, tandis que sur Terre, nos muscles luttent contre la gravité. ©Getty - Marc Ward/Stocktrek Images
Un séjour en impesanteur fait grandir, tandis que sur Terre, nos muscles luttent contre la gravité. ©Getty - Marc Ward/Stocktrek Images
Un séjour en impesanteur fait grandir, tandis que sur Terre, nos muscles luttent contre la gravité. ©Getty - Marc Ward/Stocktrek Images
Publicité
Résumé

D’où vient l’idée de créer une gravité artificielle dans les vaisseaux spatiaux ? Pour quelles raisons serait-il intéressant de voyager dans des vaisseaux spatiaux reproduisant la gravité terrestre ?

avec :

Roland Lehoucq (Astrophysicien).

En savoir plus

Le retour des missions habitées vers la Lune avec la planète Mars dans le viseur, pourrait induire la présence d’humains dans l’espace pour de longues durées. Pourtant on le sait depuis le début des vols habités, l’absence de gravité terrestre a des effets importants sur la physiologie humaine, effets qui pourraient s'accroître et avoir des conséquences désastreuses dans le cadre de voyages spatiaux au long cours. C’est la raison pour laquelle des projets de moins en moins farfelus voient le jour pour recréer une gravité artificielle dans des vaisseaux spatiaux d’un genre nouveau qui ne sont pas sans rappeler certaines nefs spatiales mythiques de la science-fiction.

Gravité artificielle : tournez manège ! c’est le programme qui va nous donner le tournis dans l’heure qui vient, bienvenue dans “La Méthode scientifique” !

Publicité

Et pour parler de tout cela nous sommes en compagnie de Roland Lehoucq, astrophysicien au CEA, co-auteur récemment avec Florence Porcel du livre L’humain dans l’espace : entre réel et fiction aux éditions de la Martinière. Nous sommes également en ligne avec Pierre Denise, professeur des universités, praticien hospitalier en physiologie médicale à l’Université de Caen Normandie.

Le reportage du jour

Rencontre avec Guillemette Gauquelin-Koch, responsable du service “Sciences de la vie” au CNES. Quelles sont les expériences d’immersion sèche et de “bed rest” réalisées pour comprendre les effets de l’absence de gravité sur le corps humain dans l’espace ? Par Antoine Beauchamp :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage

7 min

Pour aller plus loin

Retrouvez le thread de l’émission du jour sur le fil twitter de La Méthode Scientifique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les références musicales

Le titre du jour : Gravity par The Whitest Boy Alive

Le générique de début : Music to watch space girls by par Leonard Nimoy

Le générique de fin : Says par Nils Frahm

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration