Aïe aïe aïe, une histoire de la douleur

A partir du 18ème siècle, des substances efficaces sont découvertes à des fins anesthésiantes comme l'éther, le protoxyde d'azote et le chloroforme.
A partir du 18ème siècle, des substances efficaces sont découvertes à des fins anesthésiantes comme l'éther, le protoxyde d'azote et le chloroforme. ©Getty
A partir du 18ème siècle, des substances efficaces sont découvertes à des fins anesthésiantes comme l'éther, le protoxyde d'azote et le chloroforme. ©Getty
A partir du 18ème siècle, des substances efficaces sont découvertes à des fins anesthésiantes comme l'éther, le protoxyde d'azote et le chloroforme. ©Getty
Publicité

Avant l’anesthésie, comment les médecins et chirurgiens prenaient en charge la douleur de leur patient ? Ether, chloroforme, protoxyde d’azote, quels gaz et produits ont été testés pour des opérations chirurgicales à partir du 19ème siècle, et avec quelle efficacité ?

L’imaginaire contemporain a généralement tendance à penser que c'était mieux avant. Pourtant, avant, ça faisait mal. Ce même imaginaire tendait à penser que dans les époques anciennes, les soignants n’avaient cure de la douleur, et que se faire soigner, c’était globalement souffrir, voire mourir. Pourtant, dès l’Antiquité, la douleur est prise en considération, et les médecins cherchent de tout temps à réduire la souffrance de leurs patients. C’est à la fin du XVIIIème siècle que la notion d’anesthésie va commencer à apparaître, avec les progrès de la chimie. Comment, à quel point, et avec quel moyen réduire la douleur : c’est l’histoire de la médecine que nous vous racontons aujourd’hui.

Et pour retracer cette bien douloureuse histoire, mais peut-être pas tant que ça tout compte fait, j’ai le plaisir de recevoir Marguerite Zimmer, docteure en chirurgie dentaire, docteure en histoire de la médecine à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, et chercheuse associée du département d’Histoire des sciences de la vie et de la santé à Strasbourg, et Raphaële Andrault, chargée de recherche CNRS à l’IHRIM à Lyon, en philosophie et histoire des sciences.

Publicité

Pour aller plus loin

Retrouvez le thread de l’émission du jour sur le fil twitter de La Méthode Scientifique.

La Méthode scientifique
59 min

Les références musicales

Le titre du jour : "Body & Soul" Musicaine

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

L'équipe