La célèbre photo de Hubble des piliers de la création dans la nébuleuse de l'Aigle, colonnes de poussières interstellaires prise le 1er avril 1995 par le télescope spatial Hubble.
La célèbre photo de Hubble des piliers de la création dans la nébuleuse de l'Aigle, colonnes de poussières interstellaires prise le 1er avril 1995 par le télescope spatial Hubble.
La célèbre photo de Hubble des piliers de la création dans la nébuleuse de l'Aigle, colonnes de poussières interstellaires prise le 1er avril 1995 par le télescope spatial Hubble. ©Getty - NASA, ESA, and the Hubble Heritage Team
La célèbre photo de Hubble des piliers de la création dans la nébuleuse de l'Aigle, colonnes de poussières interstellaires prise le 1er avril 1995 par le télescope spatial Hubble. ©Getty - NASA, ESA, and the Hubble Heritage Team
La célèbre photo de Hubble des piliers de la création dans la nébuleuse de l'Aigle, colonnes de poussières interstellaires prise le 1er avril 1995 par le télescope spatial Hubble. ©Getty - NASA, ESA, and the Hubble Heritage Team
Publicité
Résumé

Comment le télescope spatial Hubble a-t-il vu le jour ? Quels ont été les principaux apports des observations de Hubble aux sciences astronomiques et comment expliquer la longévité de l’instrument ? Quelle postérité aura le télescope Hubble et quel projet lui succèdera ?

avec :

Hakim Atek (Chercheur à l'Institut d'astrophysique de Paris, membre de l'équipe “Origine et évolution des galaxies”), Jean-François Clervoy (Astronaute de l’Agence spatiale européenne (ESA), Président de Novespace).

En savoir plus

Il y a presque 30 ans jour pour jour, c'était le 24 avril 1990, la navette spatiale Discovery mettait en orbite le télescope spatial Hubble, à 600 kilomètres de la Terre. Après des débuts catastrophiques qui ont failli conduire à l'abandon pur et simple de la mission – et notamment à cause d'un défaut du miroir qui faisait qu'Hubble voyait « flou » finalement, à force de missions de réparations successives, Hubble est devenu la star des télescopes que l'on connaît, avec plus d'un million 400 000 observations, dont les fameux « Piliers de la création » et tant d'autres. Ces images ont donné lieu à plus de 17 000 publications, et à des avancées considérables dans la connaissance de l'espace profond, de la formation des galaxies ou de la découverte d'atmosphère des exoplanètes. Ce qui a conduit la NASA à baptiser Hubble d'avancée la plus significative en astronomie depuis le télescope de Galilée.

Hubble, 30 ans dans la vue : c'est le programme télescopique qui est le notre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique en direct !

Publicité

Reprise du direct depuis hier dans des conditions toujours particulières puisque je suis seul dans le studio de France Culture et que mes deux invités sont avec nous en ligne, à distance et je suis ravi de recevoir pour cette émission Jean-François Clervoy, astronaute à l'Agence Spatiale Européenne, ingénieur qui a participé à l'une des missions de réparation de Hubble en 1999, à l'époque de la navette spatiale et Hakim Atek, chercheur à l'Institut d'Astrophysique de Paris, membre de l'équipe « Origine et évolution des galaxies ».

Repères

  • Le 24 avril 1990, la navette spatiale Discovery de la Nasa mettait le télescope spatial Hubble en orbite à 600 km de la Terre.
  • Avec un coût de projet de 2 milliards de dollars, le télescope Hubble est le projet scientifique le plus cher de tous les temps.
  • La Nasa a baptisé le télescope Hubble “d’avancée la plus significative en astronomie depuis le télescope de Galilée”.
  • Grâce aux plus d’1,4 million d’observations qui ont fait l’objet de plus de 17.000 publications scientifiques, la liste des découvertes permises par ce télescope spatial est colossale (aussi bien en astrophysique, qu’en science planétaire ou en cosmologie) et ça n’est pas fini, elle continuera de s’allonger après 2025, date de la fin de service de Hubble.
  • Le James Webb Space Telescope sera le successeur du télescope Hubble.

Pour aller plus loin

[Thread] Retrouvez aussi les sources de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Les références musicales

Le titre du jour : "Presentation of the telescope" par Philpp Glass Galileo Galilei

Le générique de début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

À réécouter : Fond diffus cosmologique : et l'univers s'éclaira

À réécouter : Univers : et pourtant, il enfle

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Natacha Triou
Collaboration
Céline Loozen
Collaboration