Fin avril, la fondation WIkimedia a déterminé que Wikipédia n'était plus accessible en Chine
Fin avril, la fondation WIkimedia a déterminé que Wikipédia n'était plus accessible en Chine
 Fin avril, la fondation WIkimedia a déterminé que Wikipédia n'était plus accessible en Chine ©Getty - Chesnot
Fin avril, la fondation WIkimedia a déterminé que Wikipédia n'était plus accessible en Chine ©Getty - Chesnot
Fin avril, la fondation WIkimedia a déterminé que Wikipédia n'était plus accessible en Chine ©Getty - Chesnot
Publicité
Résumé

Quelle est la politique numérique chinoise concernant le numérique ? Et pour Hong-Kong ? Quelle est l’historique de cette politique ? Quelle influence sur son économie ? Quels sont les sites bloqués/interdits ? Quid de la liberté de la presse ? Comment les Chinois contournent-ils cette politique?

avec :

Frédéric Puppatti (Observateur spécialiste de la Chine contemporaine et analyste en stratégie d’influence), Matthieu Quiniou (Avocat et chercheur en droit privé à la chaire UNESCO-ITEN (Innovation, Transmission, Edition Numériques).).

En savoir plus

Lorsque nous parlons, à ce micro, de technologies numériques émergentes, ou de politique du réseau, nous faisons trop vite l’abstraction de ce que représente aujourd’hui la Chine dans ces marchés. Lorsqu’on parle et critique les GAFAM, on oublie les BATX et entre GAFAM et BATX, il n’y a pas que les acronymes qui changent : il y a l’Etat chinois, qui a des parts et contrôle indirectement chacune de ces sociétés. L’internet chinois, c’est un vaste intranet à l’échelle d’une population de près d’1 milliard de connectés, des enjeux économiques considérables, dans un environnement de plus en plus censuré.

Internet made in China : c’est le programme oriental qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour évoquer le rapport au numérique de l’Empire du Milieu, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui, Matthieu Quiniou, avocat et chercheur en droit privé à la chaire UNESCO-ITEN et Frédéric Puppati, observateur spécialiste de la Chine contemporaine et analyste en stratégie d’influence.

Le reportage du jour

Rencontre avec Véronique Duong, directrice de l’Agence Rankwell, une entreprise spécialisée dans le référencement des sites web sur Google, ou encore le moteur de recherche chinois Baidu. Comment faire pour qu’un site soit référencé par Baidu et quelles sont les principales contraintes à prendre en compte par rapport à Google ? Par Antoine Beauchamp : 

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage Antoine Beauchamp/ Véronique Duong Rankwell

9 min

Repères

  • Les contenus traitant de liberté de la presse, droits de l'Homme ou critiquant le Parti sont censurés en Chine. Les fournisseurs d'accès à internet, par peur des sanctions, font et encouragent l'auto-censure. L'arrivée à la tête du Parti de Xi Jinping en 2012 a aboutit à un durcissement des lois et du contrôle des informations. 
  • De nombreux sites et réseaux sociaux occidentaux sont inaccessibles depuis la Chine comme Google, Wikipedia ou Netflix. Les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) sont considérées comme les GAFAM chinoises, mais sont en partie contrôlées par l'État. 
  • Suite au conflit politico-économique entre la Chine et les États-Unis, Google ne permet plus à Huawei d'utiliser Android. Huawei a déposé son propre système d'exploitation : Hongmeng.
57 min

Pour aller plus loin

Retrouvez les compléments d'informations sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

8 min

Les références musicales

Le titre du jour : La censure par Henri Tachan

Le générique de début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Natacha Triou
Collaboration
Céline Loozen
Collaboration