Les Eudorina, des algues vertes unicellulaires d’eau douce qui vivent sous forme de colonies, font partie des protistes qu’Édouard Chatton a dessinés.
Les Eudorina, des algues vertes unicellulaires d’eau douce qui vivent sous forme de colonies, font partie des protistes qu’Édouard Chatton a dessinés.
Les Eudorina, des algues vertes unicellulaires d’eau douce qui vivent sous forme de colonies, font partie des protistes qu’Édouard Chatton a dessinés. - Proyecto Agua
Les Eudorina, des algues vertes unicellulaires d’eau douce qui vivent sous forme de colonies, font partie des protistes qu’Édouard Chatton a dessinés. - Proyecto Agua
Les Eudorina, des algues vertes unicellulaires d’eau douce qui vivent sous forme de colonies, font partie des protistes qu’Édouard Chatton a dessinés. - Proyecto Agua
Publicité
Résumé

Qui est Édouard Chatton, zoologiste biologiste marin oublié de l’histoire ? Pour quelles découvertes fondamentales est-il désormais reconnu ? Comment ses travaux ont-ils été exhumés in extremis de l’oubli ? Par quoi était-il fasciné dans le monde du vivant sous-marin ?

avec :

Catherine Jessus (Directrice de l'Institut des sciences biologiques du CNRS).

En savoir plus

L’histoire des sciences est faite de noms légendaires et de grands oubliés. Edouard Chatton aurait pu figurer en bonne place sur la liste de ces oubliés, mais la redécouverte par hasard de ses planches biologiques esthétiquement, et scientifiquement, saisissantes, en a voulu autrement. Auteur au début du XXe siècle de découvertes fracassantes sur un monde invisible sidérant de diversité, le monde des protistes, Edouard Chatton a toute sa vie durant été l’explorateur acharné de cette terra incognita biologique posant au passage des distinctions de premier ordre dans la classification du vivant. C’est donc à la découverte d’un découvreur de talent que nous partirons aujourd’hui, au fil d’un récit qui alliera la méthode à l’invention en passant par la beauté. Tout simplement.

Les mondes invisibles d’Edouard Chatton. C’est l’histoire biologique que nous allons vous raconter dans l’heure qui vient, bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour évoquer cette figure méconnue qu’est Edouard Chatton, nous avons le plaisir de recevoir Catherine Jessus, directrice de recherche CNRS au sein du laboratoire de biologie du développement à l’Institut de Biologie Paris-Seine de Sorbonne Université et Vincent Laudet, professeur de biologie marine à l’Institut de science et technologie d’Okinawa, au Japon et à l’Académie Sinica à Taïwan. Ils ont tous les deux publié aux éditions du CNRS le très beau livre Les vies minuscules d’Edouard Chatton.

Le reportage du jour

Rencontre avec Philippe Grellier, chercheur et conservateur au Muséum National d’Histoire Naturelle. Le CNRS a hérité dans les années 60 de 300 boîtes contenant des lames de microscope, c'est-à-dire des échantillons de ce qu’à pu observer Edouard Chatton il y a près de 100 ans. Philippe Grellier est chargé de cet inventaire, débuté dans les années 2000. Comment se déroule l'inventaire ? Que peut-on voir sur ces lames ? Quelles sont les prochaines étapes d’études de ces lames ? Par Alexandra Delbot :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage

7 min

Pour aller plus loin

Retrouvez le thread de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les références musicales

Le titre du jour : Microbiology par Burgers of beef

Le générique de début : Music to watch space girls by par Leonard Nimoy

Le générique de fin : Says par Nils Frahm

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration
Alexandra Delbot
Collaboration