Lors des poussées inflammatoires, les MICI se caractérisent le plus souvent par des douleurs abdominales, des diarrhées fréquentes, parfois sanglantes, ou encore une atteinte de la région anale (fissure, abcès).
Lors des poussées inflammatoires, les MICI se caractérisent le plus souvent par des douleurs abdominales, des diarrhées fréquentes, parfois sanglantes, ou encore une atteinte de la région anale (fissure, abcès).
Lors des poussées inflammatoires, les MICI se caractérisent le plus souvent par des douleurs abdominales, des diarrhées fréquentes, parfois sanglantes, ou encore une atteinte de la région anale (fissure, abcès). ©Getty -  krisanapong detraphiphat
Lors des poussées inflammatoires, les MICI se caractérisent le plus souvent par des douleurs abdominales, des diarrhées fréquentes, parfois sanglantes, ou encore une atteinte de la région anale (fissure, abcès). ©Getty - krisanapong detraphiphat
Lors des poussées inflammatoires, les MICI se caractérisent le plus souvent par des douleurs abdominales, des diarrhées fréquentes, parfois sanglantes, ou encore une atteinte de la région anale (fissure, abcès). ©Getty - krisanapong detraphiphat
Publicité
Résumé

Quels sont les facteurs de ces maladies ? Quels en sont les symptômes ? Quels traitements pour atténuer ces symptômes ? Avec quels effets secondaires ? Quels contacts entre les malades et les chercheurs ? Y a-t-il un traitement pour en guérir en perspective ? Bientôt un vaccin contre les MICI ?

avec :

Nathalie Vergnolle (Pharmacologue, Directrice de recherche à l’Inserm, directrice de l'Institut de Recherche en Santé Digestive, responsable de l’équipe «Pathophysiologie de l’épithélium intestinal »), Benoit Chassaing (Chercheur et chef d’équipe à l’inserm, sur les interactions intestin-microbiote.).

En savoir plus

Les MICI, ce ne sont pas des petites souris de dessins-animés prononcés à l’américaine, mais l’acronyme de « maladie inflammatoire chronique intestinale ». Des maladies découvertes récemment, dans la deuxième moitié du XXème siècle, et qui touchent entre 3 et 5% de la population dans les pays industrialisés. Les deux principales MICI sont la Maladie de Crohn, et la rectocolite hémorragique, deux maladies auto-immunes, qui attaquent le tube digestif du patient par vagues de crises et de rémission, et pour lesquelles il n’existe pour l’heure aucun traitement définitif. Mais un vaccin testé récemment sur des souris ouvre des pistes prometteuses.

MICI : chroniques d’un intestin malade : c’est le programme  inflammatoire qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour évoquer ces MICI, leur découverte, leur évolution, les différentes pistes de recherche fondamentale pour trouver un traitement pérenne, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Benoît Chassaing, chef d’équipe à l’INSERM, sur les interactions intestin-microbiote, (c’est son équipe qui a publié début décembre dans Nature Communication l’étude sur ce candidat vaccin chez des souris) et Nathalie Vergnolle, pharmacologue, directrice de recherche à l’INSERM, directrice de l’Institut de Recherche en santé digestive, responsable de l’équipe « Pathophysiologie de l’épithélium intestinal »

Reportage du jour 

Rencontre avec Maxime Collard et Julien Tourneur-Marsille à la faculté de l'Hôpital Bichat. L’appendice joue un rôle dans les MICI et le cancer colorectal qu’il peut provoquer. Des tests sur les souris peuvent aider à comprendre comment.

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage -Maxime Collard et Julien Tourneur-Marsille

38 sec

Pour aller plus loin

[Thread] Retrouvez aussi les sources de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

En savoir plus : Vers un vaccin contre les maladies intestinales chroniques

En savoir plus : Organoïdes : small is beautiful

En savoir plus : Quelle prise en charge pour les maladies chroniques ?

Les références musicales

Le titre du jour : (I got a) Stomach ache par Junior Wells

Le générique de début : Music to watch space girls by par Leonard Nimoy

Le générique de fin : Says par Nils Frahm