La migraine au plan sociétal fait partie des 5 maladies les plus invalidantes en termes de pertes d’années de vie en bonne qualité de vie. ©Getty -  Mladen Zivkovic
La migraine au plan sociétal fait partie des 5 maladies les plus invalidantes en termes de pertes d’années de vie en bonne qualité de vie. ©Getty - Mladen Zivkovic
La migraine au plan sociétal fait partie des 5 maladies les plus invalidantes en termes de pertes d’années de vie en bonne qualité de vie. ©Getty - Mladen Zivkovic
Publicité
Résumé

Comment définit-on la migraine ? Quels mécanismes sont à l’oeuvre ? Quelles sont les perspectives de recherches ? Quelles perspectives de traitement peut-on espérer ?

avec :

Jérôme Mawet (Neurologue aux Hôpitaux Saint-Louis et Lariboisière), Michel Lanteri-Minet (Neurologue, chef de service du Département d'évaluation et traitement de la douleur du CHU de Nice).

En savoir plus

Longtemps la migraine a été dépréciée, moquée, sous-évaluée, « pas ce soir chéri, j’ai la migraine », comme une simulation féminine finalement anecdotique. Or la migraine est tout sauf anecdotique. Non seulement il faut la distinguer du simple « mal de crâne » lambda, mais elle peut être, dans ses formes chroniques les plus sévères, extrêmement handicapante lorsqu’elle sévit plus de 15 jours par mois. Elle touche plus de 10 millions de Français, soit près de 12% de la population adulte, est l’une des principales causes d’absentéisme professionnel, et fait partie des cinq maladies les plus invalidantes en termes de pertes d’années de vie en bonne qualité. Malgré tout cela, elle est très souvent sous-diagnostiquée, sous-estimée par le corps médical, mal comprise et pas toujours bien traitée. Aujourd’hui, on prend la migraine à bras le corps !

Migraine, la douleur casse-tête. C'est le programme sensible qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Nous allons donc faire le tour de ces pathologies car la « migraine » a plusieurs formes, comme vous allez le voir. Nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Michel Lanteri-Minet, neurologue, chef de service du département d’évaluation et de traitement de la douleur au CHU de Nice et Jérôme Mawet, neurologue aux hôpitaux Saint-Louis et Lariboisière.

Et pour appréhender un sujet si complexe, nous ne serons pas trop de deux, et j’ai le plaisir d’avoir à mes côtés ma collègue Sylvie Riou-Milliot de notre partenaire chéri, Sciences et Avenir, qui consacre un dossier à la migraine dans son numéro de septembre.

Le reportage du jour

Reportage au centre des urgences céphalées à l'hôpital Lariboisière-APHP à Paris, avec Caroline Roos, neurologue et responsable du centre, et Céline Toussaint, infirmière, qui traitent les personnes présentant des formes extrêmement violentes de céphalées. Ici, tout à été conçu pour accueillir en toute sérénité ces personnes : silence et lumière tamisée de la salle d’attente aux box d’examen cliniques, avec comme objectif de poser un diagnostic et d’orienter les patients. Par Céline Loozen :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Caroline ROOS

9 min

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Les références musicales

Le titre du jour : "Qui veut chasser une migraine " par Tri Yann

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm 

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Production déléguée
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration