Les éruptions solaires : représentent-elles un danger pour la Terre ?
Les éruptions solaires : représentent-elles un danger pour la Terre ? - NASA/SDO
Les éruptions solaires : représentent-elles un danger pour la Terre ? - NASA/SDO
Les éruptions solaires : représentent-elles un danger pour la Terre ? - NASA/SDO
Publicité

Pourquoi les chercheurs s’intéressent-ils à l’étude du Soleil ? Quels sont les mystères encore à l’oeuvre ? Comment l'atmosphère solaire, posée sur la photosphère à 6.000 kelvins, peut-elle atteindre des températures 200 fois supérieures ?

Avec
  • Miho Janvier Astrophysicienne, chercheuse à l'Institut d'astrophysique spatiale (IAS, Université Paris-Sud)
  • Tahar Amari Astrophysicien, directeur de recherche CNRS au Centre de Physique Théorique, Ecole Polytechnique

C’est paradoxalement en ce début d’hiver, dimanche dernier, le 5 janvier, que notre planète se trouvait au périhélie du Soleil, soit à son point le plus proche de son orbite autour de notre étoile. Dans un mois tout juste, le 6 février prochain, l’Agence Spatiale Européenne devrait lancer sa propre mission d’étude solaire, Solar Orbiter tandis que celle de la NASA, Parker Solar Probe a commencé à envoyer ses premières données, qui ont donné lieu à plusieurs publications au mois de décembre dernier. Autant d’excellentes raisons pour se pencher sur notre étoile et notamment sur sa couronne, et l’énigme qui entoure cette zone de milliers de fois plus chaude que sa surface. 

Mission solaire : la bataille pour la couronne : c’est le programme calorifère qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour évoquer les dernières nouvelles du soleil, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Miho Janvier, astrophysicienne, chercheuse à l’institut d’astrophysique spatiale de l’université Paris Sud et Tahar Amari, astrophysicien, directeur de recherche CNRS au Centre de Physique Théorique de l’Ecole Polytechnique.

Le reportage du jour

Reportage avec Jean-Marie Malherbe et Isabelle Bualé du LESIA de l’Observatoire de Paris Meudon, où est hébergé un instrument historique : le spectrohéliographe. En fonctionnement depuis le début du vingtième siècle, il fournit aux astronomes des images monochromatiques de la chromosphère du Soleil, et peut observer aussi les filaments et protubérances solaires. Par Céline Loozen :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage sur le spectrohéliographe de l'Observatoire de Meudon

7 min

Repères

  • Le 6 février 2020, l'Union européenne et la NASA devraient mettre le cap sur le Soleil. Cette sonde, baptisée Solar Orbiter, renseignera sur les vents et les champs magnétiques, en observant principalement les zones polaires de l'étoile. Ce travail complétera celui en cours de la sonde américaine Parker Solar Probe.
  • Lancée le 12 août 2018, la mission Parker Solar Probe nous offrait, un an après son lancement des premiers résultats surprenants : le vent solaire est fortement perturbé par de petits jets de plasma supersoniques. Ces derniers pourraient impacter le mécanisme de formation du vent solaire et du chauffage de la couronne. Cette mission continuera à nous révéler les secrets du Soleil : 4 passages au-dessus de l'étoile sont attendus en 2020 (29 janvier, 7 juin, 11 juillet et 27 septembre).
  • Quant à l'agence spatiale indienne (Isro), elle envisage aussi de lancer le satellite Aditya-L1 autour du Soleil. Le début de la mission est prévu pour fin 2020. La sonde sera positionnée au point Lagrange 1 afin d'étudier la photosphère et la chromosphère du Soleil et de mesurer le champ magnétique solaire.

Pour aller plus loin

[Thread] Retrouvez aussi les sources de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

58 min

Les références musicales

Le titre du jour : _"_Sous le soleil exactement"par Anna Karina

Générique du début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Générique de fin : "Bergschrund" par DJ Shadow

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Natacha Triou
Natacha Triou
Natacha Triou
Collaboration
Céline Loozen
Collaboration