.
. ©Getty - Orbon Alija
. ©Getty - Orbon Alija
. ©Getty - Orbon Alija
Publicité

Quels sont les différents moyens de monétiser les données personnelles collectées sur le net ? Chacun est-il voué à devenir le trader de ses propres données personnelles ? Quels sont les risques de donner à nos données personnelles un caractère patrimonial ?

Avec
  • Valérie Peugeot Chercheuse au sein du laboratoire de sciences sociales et humaines d'Orange Labs, présidente de l’association Vecam, think-tank citoyen qui déchiffre les enjeux sociétaux liés au numérique et membre du collège des commissaires de la CNIL.
  • Olivier Ertzscheid Maître de conférences et chercheur en Sciences de l'information et de la communication à l’Université de Nantes, auteur du blog Affordance.info

On ne vous répète plus ce qui est devenu un axiome d’internet : « quand c’est gratuit, c’est que c’est vous le produit ! ». Et de fait, de nombreuses entreprises numériques – les réseaux sociaux au premier chef – vivent du commerce des informations que vous leur délivrez, plus ou moins à votre insu. Le RGPD, le Règlement Général pour la Protection des Données, a tenté de mettre de l’ordre dans tout ça en faisant de la délivrance des données personnelles un « acte conscient », mais cela a-t-il vraiment changé quoi que ce soit ? Et si, après tout, nous étions tous rémunérés pour le fait de transmettre ces informations aux entreprises ? Et jusqu’à quel niveau ? La monétisation des données pourrait-elle, in fine, retomber dans notre poche ?

Monétisation des données : la data aux œufs d’or. C’est le programme financier qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour évoquer cette exploitation et cette transformation de nos données individuelles en monnaie presque sonnante et trébuchante, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Valérie Peugeot, membre du collège des commissaire de la CNIL – Commission Nationale Informatique et Libertés – en charge des données de santé, et chercheuse en sciences sociales au département de recherche SENSE (Sociology and Economics of Networks and Services) à Orange Labs et Olivier Ertzscheid, enseignant chercheur en sciences de l’information à Nantes.

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de l'émission du jour sur le fil Twitter de la Méthode scientifique.

58 min

Les références musicales

Le titre du jour : "Ch Ch Chewa" par The Twin Souls

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm 

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Production déléguée
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration