Les multivers
Les multivers
Les multivers - Geralt / CC
Les multivers - Geralt / CC
Les multivers - Geralt / CC
Publicité
Résumé

D’où vient l’origine du concept de la pluralité des mondes ? Comment remettre en cause la notion-même d’unicité ? Qu’appelle-t-on un multivers du point de vue de la physique quantique ? Du point de vue cosmologique ? Peut-on envisager de rallier ces deux théories ?

avec :

Simon Bréan (Docteur en littérature française à l'université Paris-Sorbonne (Paris IV)), Aurélien Barrau (Astrophysicien français).

En savoir plus

Et si ce matin, vous n’aviez pas oublié les clés de votre voiture sur la table du salon, ce qui vous a forcé à rentrer les chercher avant de ressortir, ces quelques secondes d’écart ont peut-être changé le cours de votre vie. Cet enfant qui traverse jusque un instant après votre passage, quelques secondes plus tôt et tout aurait basculé, mais peut être cette réalité a-t-elle bien existé, ailleurs, bienvenue dans le multivers, ou les univers parallèles. Ce matériau littéraire richissime est exploité depuis bien longtemps par la science-fiction, il est depuis plusieurs années formalisé par la science qui n’attend plus qu’une chose : en découvrir une preuve.

Multivers : un problème à plusieurs dimensions, c’est le problème à multiples facettes que La Méthode scientifique va examiner dans l’heure qui vient.

Publicité

Et pour évoquer dans cet univers les infinies possibilités ouvertes dans l’infinité d’autres univers, nous avons le plaisir de recevoir Aurélien Barrau, professeur à l’Université Joseph Fourrier, chercheur au laboratoire de physique subatomique et de cosmologie du CNRS, membre de l’Institut Universitaire de France et auteur, entre autres, « Des univers multiples » chez Dunod et Simon Bréan, maître de conférence en littérature française à l’université Paris Sorbonne et spécialiste de science-fiction.

Le fil de l'émission

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les références musicales

Le titre du jour : A broken skeleton key » par Peter Von Poehl

Générique du début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Générique de fin : "Bergschrund" par DJ Shadow

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Elisabeth Miro
Réalisation
Zoé Sfez
Production déléguée
Céline Loozen
Collaboration