Particules élémentaires : la famille s’agrandit

Dans quels types d’espaces trouve-t-on les anyons ?
Dans quels types d’espaces trouve-t-on les anyons ?  ©Getty -  Baac3nes
Dans quels types d’espaces trouve-t-on les anyons ? ©Getty - Baac3nes
Dans quels types d’espaces trouve-t-on les anyons ? ©Getty - Baac3nes
Publicité

Que sont les anyons, ces nouvelles particules mises en évidence dans une expérience de l’ENS ? A quand remonte leur prédiction ? Pourquoi pensait-on qu’il devait exister une nouvelle sorte de particule, à côté des bosons et des fermions ?

Avec
  • Gwendal Fève Physicien, professeur à Sorbonne Université, chercheur au Laboratoire Pierre Aigrain de l'ENS
  • Mark-Olivier Goerbig Directeur de recherche au CNRS au Laboratoire de Physique des Solides de l’Université Paris-Saclay, (professeur chargé de cours au Département de Physique de l'École Polytechnique)

Il y a un nouveau membre dans la vaste et complexe famille des particules élémentaires. Pour être tout à fait honnête, immédiatement, ce n'est pas exactement une particule, mais une semi-particule. Elle avait été prédite à la fin des années 70, elle vient d'être observée expérimentalement. Cette quasi-particule, c'est un « anyon », une particule intermédiaire entre les fermions – qui sont les particules de base de la matière, et les bosons – qui sont celles qui assurent les interactions fondamentales. Ces semi-particules, maintenant que leur existence est attestée, pourraient permettre à l'informatique quantique de faire de grands progrès en fournissant des qubits plus stables que ceux utilisés jusqu'à présent.

Particules élémentaires, la famille s'agrandit. C'est le quasi-programme qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode Scientifique.

Publicité

Et pour évoquer cette nouvelle quasi-particule, de son postulat jusqu'à sa découverte toute récente, nous avons le plaisir de recevoir à distance, comme chaque jour Gwendal Fève, physicien, professeur à Sorbonne Universités, chercheur au laboratoire Pierre Aigrain de l'Ecole Normale Supérieure, et co-auteur de l'étude dont il faut préciser que le premier auteur n'est autre qu'Hugo Bartolomei, un nom qui vous rappelle peut-être quelque chose si vous êtes familier de l'émission - Hugo était en effet notre stagiaire, il y a 2 ans, pas peu fier de voir qu'aujourd'hui, son étude et la vôtre donc, font la Une de Science, on le salue très chaleureusement ici - et Mark Olivier Goerbig, directeur de recherche CNRS au laboratoire de physique des solides de l'Université Paris Saclay.

Pour aller plus loin

[Thread] Retrouvez aussi les sources de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Les références musicales

Le titre du jour : "Elementary particles" par The Hylozoists

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm 

L'équipe