Entre 1/3 et 50% des patients qui ont un trouble psychiatrique ne sont pas traités, ce qui n'est pas le cas des maladies somatiques plus classiquement prises en charge.
Entre 1/3 et 50% des patients qui ont un trouble psychiatrique ne sont pas traités, ce qui n'est pas le cas des maladies somatiques plus classiquement prises en charge. ©Getty - vandervelden
Entre 1/3 et 50% des patients qui ont un trouble psychiatrique ne sont pas traités, ce qui n'est pas le cas des maladies somatiques plus classiquement prises en charge. ©Getty - vandervelden
Entre 1/3 et 50% des patients qui ont un trouble psychiatrique ne sont pas traités, ce qui n'est pas le cas des maladies somatiques plus classiquement prises en charge. ©Getty - vandervelden
Publicité

La psychiatrie en France est en crise. Quelles en sont les raisons ? Pourquoi parle-t-on d’état d’urgence : accroissement du nombre de malades ou dégradation du système de soin ou les deux ? Quelles sont les failles de notre système de soins ?

Avec
  • Isabelle Durand-Zaleski Directrice de l’URC-Eco Ile-de-France et responsable du service de santé publique des Hôpitaux universitaires Henri-Mondor à Créteil
  • Marion Leboyer psychiatre, directeur des départements universitaires de psychiatrie des hôpitaux Henri Mondor à Créteil, responsable des Centres Experts Autisme sans déficit intellectuel de la fondation FondaMental.

Le 10 octobre dernier, c’était la journée mondiale de la santé mentale. En France, une personne sur trois au cours de sa vie connaît un trouble psychique qui requiert un suivi médical. La plupart du temps, ces troubles apparaissent à l’adolescence, ou chez les jeunes adultes. Aujourd’hui, le premier poste de l’Assurance Maladie, en termes de dépenses, c’est la psychiatrie avec 23 milliards d’euros par an et malgré tout cela, le secteur est dans une impasse, traversé par une crise profonde, un « état d’urgence » que même la ministre de la santé a fini par reconnaître. Pourquoi la psychiatrie est-elle devenu le « parent pauvre » du système de santé français ?

Psychiatrie en France : ça tourne pas rond : c’est le problème que nous allons tenter de circonscrire dans l’heure qui vient.

Publicité
58 min

Et pour évoquer ce profond malaise de la psychiatrie en France, faire un état des lieux mais aussi esquisser des solutions pour réformer le système, nous avons le plaisir de recevoir Marion Leboyer, responsable du pôle psychiatrie et addictologie des Hôpitaux universitaire Henri Mondor à Créteil et directrice de la Fondation Fondamental et Isabelle Durand-Zaleski, directrice de l’URC-Eco Ile de France, responsable du service de santé publique des Hôpitaux Henri Mondor à Créteil, toutes deux autrices du livre « Psychiatrie : l’état d’urgence » co-dirigé avec Pierre-Michel Llorca aux éditions Fayard.

Le reportage du jour

La bipolarité fait partie des troubles qui restent mal détectés et suivis dans la population. Le Centre Expert Bipolaire de FondaMental à l’hôpital Fernand Vidal de Paris, dirigé par le Dr Bruno Etain, a pour but de prendre en charge les patients et de les accompagner dans un suivi personnalisé pour améliorer leur qualité de vie. Par Céline Loozen :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage " "Traiter la bipolarité dans un centre expert" avec le Dr Bruno Etain du réseau Fondamental"

7 min

Le fil de l'émission

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les références musicales

Le titre du jour : "Where is my mind ?" des Pixies

Générique du début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy.

Générique de fin : "Bergschrund" par DJ Shadow

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Natacha Triou
Natacha Triou
Natacha Triou
Collaboration
Céline Loozen
Collaboration