Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné pour les vaccins de Sanofi et Pasteur ?
Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné pour les vaccins de Sanofi et Pasteur ?
Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné pour les vaccins de Sanofi et Pasteur ? ©Getty -  SOPA Images
Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné pour les vaccins de Sanofi et Pasteur ? ©Getty - SOPA Images
Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné pour les vaccins de Sanofi et Pasteur ? ©Getty - SOPA Images
Publicité
Résumé

Comment expliquer le manque de réussite de l'industrie pharmaceutique dans la mise au point d'un vaccin contre le Sars-CoV-2 ? Cet échec ponctuel témoigne-t-il de problèmes plus profonds dans la recherche pharmaceutique française ?

avec :

Muriel Le Roux (Chargée de recherche CNRS en histoire des sciences, des techniques et de l’innovation. Directrice-adjointe de l’Institut d'histoire moderne et contemporaine), Nathalie Coutinet (Economiste à l’université de Paris 13 Nord et chercheuse au Centre d’économie de l’université de Paris-Nord (CEPN)).

En savoir plus

L’OMS, depuis le début de la pandémie, a recensé 200 candidats vaccins. Sur ces 200 essais, à l’heure où nous parlons, 7 vaccins ont abouti. Sur ces 7 vaccins, pas un seul n’est issu de la recherche française. Et notamment des deux acteurs principaux de la recherche vaccinale en France, Sanofi et Pasteur. Ce qui n’a pas empêché Sanofi, de supprimer début janvier, malgré des bénéfices de plus de 12 milliards d’euros, de supprimer 400 suppressions de poste en Recherche et Développement. Que se passe-t-il dans l’industrie pharmaceutique française, considérée en pointe il y a qques années encore ? Avons-nous « vraiment » raté la marche du vaccin contre le Covid ?

Recherche pharmaceutique française : le rendez-vous manqué ? C’est le programme vaccinal qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique. 

Publicité

Et pour dresser un état des lieux de la recherche pharmaceutique française à l’aire du Covid, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Muriel Le Roux, chargée de recherche CNRS en histoire des sciences, des techniques et de l’innovation, autrice de la tribune « En ce début d’année 2021, le secteur pharmaceutique décroche » publiée le 5 février dernier dans Le Monde et Nathalie Coutinet, maitresse de conférences, économiste à l’université Paris 13 Nord et chercheuse au Centre d’économie de l’université Paris Nord, autrice d’une autre tribune dans Le Monde : « Le fait que Pfizer ait découvert un vaccin avant Sanofi n’est pas une surprise ».

Peut-on vraiment considérer que l’absence de réponse vaccinale française immédiate – ou dans les premières au monde – en cette époque pandémique est un échec retentissant de notre industrie pharmaceutique ?

Mais est-ce vraiment le cas ? Si Sanofi et Pasteur ont en effet abandonné les premières options vaccinales fautes de résultats concluants, il n’en reste pas moins que d’autres solutions sont en cours de développement et Sanofi va contribuer à la production des vaccins concurrents.

Par ailleurs, de bons résultats viennent de petits sociétés de biotech, comme Valvena, dont le vaccin encore en essai clinique est très prometteur, à tel point que c’est la Grande Bretagne, ayant financé les essais, qui sera la première destinataire des futures doses.

Alors, y a-t-il vraiment quelque chose de pourri dans le royaume pharmaceutique français ? 

Le reportage du jour

Xenothera, biotech nantaise, développe un traitement, un anticorps polyclonal dirigé contre les variants du virus SARS-CoV-2. Bernard Vanhove, immunologiste et directeur des opérations, regrette les délais de validations qui ont retardé le déploiement de leurs essais cliniques. Par Céline Loozen.

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - REPORTAGE

7 min

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

À réécouter : Recherche et innovation : le déclassement français. Avec André Choulika et Anne Perrot.

Les références musicales

Le titre du jour : "Spring is on the ride" par Vince Lahay

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm 

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Production déléguée
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration