Globalement, c'est 1% de la population qui souffre de trouble schizophrénique
Globalement, c'est 1% de la population qui souffre de trouble schizophrénique
 Globalement, c'est 1% de la population qui souffre de trouble schizophrénique - CC
Globalement, c'est 1% de la population qui souffre de trouble schizophrénique - CC
Globalement, c'est 1% de la population qui souffre de trouble schizophrénique - CC
Publicité
Résumé

Qu’est-ce que la schizophrénie ? Quels sont les traitements les plus adaptés ? Comment les chercheurs tentent-ils d’identifier des marqueurs de la schizophrénie ? Pourquoi les personnes atteintes de schizophrénie ont-elles un risque accru de mort prématurée ?

avec :

Marie-Odile Krebs (Professeure de psychiatrie à l'université Paris Descartes), Anne Giersch (Directrice de recherche Inserm).

En savoir plus

La schizophrénie, c’est étymologiquement la maladie du fractionnement de l’esprit. Souvent confondue avec les troubles de personnalités multiples, la schizophrénie est autrement plus diverse, plus complexe et encore mal connue de la recherche neurobiologique. Si l’Organisation Mondiale de la Santé la classe parmi les 10 maladies les plus invalidantes, peu de gens savent que l’on peut soigner la schizophrénie, parfois jusqu’à rémission des patients. D’où vient-elle, comment la dépister et qu’est-ce que les progrès en neuroimagerie et en neuropsychologie cognitive nous apprennent sur ce mal de la dispersion du soi ?

Schizophrénie : une maladie qui ne va pas de soi : C’est le problème qui va occuper La Méthode scientifique dans l’heure qui vient.

Publicité

Et pour évoquer ces questions et faire le tour de nos connaissances sur non pas LA schizophrénie, mais LES schizophrénies… nous avons le plaisir d’accueillir aujourd’hui Anne Giersch, directrice de recherche INSERM, dans Unité 114 de neuropsychologie cognitive et physiopathologie de la schizophrénie, c’est son étude, publiée début septembre sur le lien entre troubles de la personnalité et perception du temps qui est à l’origine de cette émission, et Marie-Odile Krebs, professeur de psychiatrie à l’Université Paris-Descartes, directrice de l’équipe INSERM « Physiopathologie des malades psychiatriques » à l’hôpital Sainte Anne, à Paris.

Le reportage du jour

Christine Passerieux est psychiatre et professeur de psychiatrie à l’Université de Versailles - Saint Quentin et chef du pôle psychiatrie et addictologie à l’Hôpital de Versailles. Elle met en place des techniques de remédiation cognitive pour les personnes atteintes de schizophrénie en travaillant notamment sur la cognition sociale, cette cognition qui constitue le ciment des interactions sociales et qui est affectée chez les personnes atteintes de schizophrénies. Par Antoine Beauchamp :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage "La schizophrenie" avec Christine Passerieux

8 min

Le fil de l'émission

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les références musicales

Le titre du jour : “ Brain disorder“ par Asome

Générique du début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Générique de fin : "Bergschrund" par DJ Shadow

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Elisabeth Miro
Réalisation
Zoé Sfez
Production déléguée
Céline Loozen
Collaboration