Image IRM d'un hémisphère cérébral d'une personne atteinte de sclérose en plaques.
Image IRM d'un hémisphère cérébral d'une personne atteinte de sclérose en plaques. - NIH Image Gallery / Flickr
Image IRM d'un hémisphère cérébral d'une personne atteinte de sclérose en plaques. - NIH Image Gallery / Flickr
Image IRM d'un hémisphère cérébral d'une personne atteinte de sclérose en plaques. - NIH Image Gallery / Flickr
Publicité

Qu’est-ce que la sclérose en plaques ? Que sait-on des causes de cette pathologie ? De quels traitements dispose-t-on aujourd’hui pour lutter contre la sclérose en plaques ? Quelles sont les pistes de recherche fondamentale ?

Avec
  • Catherine Lubetzki professeure de neurologie à Sorbonne Université, directrice médicale du département médico universitaire de neurosciences et directrice médicale de l’institut du cerveau à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris.
  • Bernard Zalc chercheur en neurosciences, directeur de recherche émérite à l’Inserm. Il a dirigé le centre de recherche de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM) à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris

Si les traitements contre les symptômes de la sclérose en plaques ont en 30 ans fait un bond gigantesque, pour l’heure, la recherche butte encore sur le traitement qui permettrait d’interrompre la pathologie, voire de réparer les fibres de myéline endommagées. Pourtant, il semblerait que la solution ne soit pas très loin, quelques options, bien avancées, sont encourageantes. Mais il reste encore bien des questions en suspens : pourquoi la maladie est-elle prévalente aux extrémités des deux hémisphères ? Pourquoi touche-t-elle d’abord les femmes et pourquoi se déclare-t-elle à la sortie de l’adolescence ?

Sclérose en plaques, quand le système immunitaire s’emballe : c’est le programme médical qui est le nôtre pour l’heure qui vient, bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour évoquer les avancées de la recherche et de la thérapeutique sur cette maladie, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Catherine Lubetzki, professeure de neurologie à Sorbonne Université, cheffe du département des maladies neurologiques à l’hôpital de la Salpêtrière, où vous coordonnez le centre de recherche sur la SEP et Bernard Zalc, directeur de recherche émérite à l’INSERM, ancien directeur de l’ICM.

Le reportage du jour

Reportage au Centre d’Investigation Clinique de l'Institut du Cerveau de la Moelle Épinière de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, qui mène depuis quelques années des études sur une protéine dont les effets bénéfiques sont déjà bien connus dans le cadre des maladies auto-immunes : l’interleukine 2. A faible dose, et bien ciblée, elle peut moduler l’action les lymphocytes T régulateurs, du système immunitaire, qui s’attaquent à la gaine de myéline. L’équipe de Céline Louapre, neurologue et médecin,  teste actuellement cette thérapie sur des patients. Par Céline Loozen :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage Céline Loozen "Etudes cliniques sur la sclérose en plaque au Centre d'investigation médciale de l'ICM" avec le Dr Céline Louapre

9 min

Repères

  • La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune du système nerveux central (le cerveau et la moelle épinière). C’est-à-dire que le système de défense (système immunitaire), habituellement impliqué dans la lutte contre les virus et les bactéries, s’emballe et attaque la myéline, gaine protectrice des fibres nerveuses qui joue un rôle important dans la propagation l’influx nerveux du cerveau aux différentes parties du corps.
  • En France, près de 120.000 cas, principalement des femmes, ont été observés en 2019, soit une augmentation de 10% par rapport aux deux années précédentes. Les cas développés avant l’âge de 18 ans augmentent également, ainsi que le nombre de femmes touchées : en moyenne quatre femmes pour un homme. Malgré les recherches, la cause de la sclérose en plaques, probablement multifactorielle, reste un mystère pour les scientifiques.
  • La sclérose en plaques est une maladie du jeune adulte, (la SEP est souvent diagnostiquée entre 25 et 35 ans) et une prépondérance féminine (3/4 de femme). La SEP touche aujourd’hui 120.000 personnes en France, dont 700 enfants. 2.500 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.
  • La SEP représente la première cause de handicap sévère non traumatique du jeune adulte. Elle affecte donc des adultes jeunes en pleine période de projet d’existence et bouleverse la vie personnelle, familiale et professionnelle.
  • L’enjeu de la recherche, au-delà de la mise au point de nouveaux médicaments encore mieux adaptés, est la réparation des patients et pas seulement la lutte contre l’inflammation.

Pour en savoir plus

Retrouvez le thread de l’émission du jour sur le fil twitter de La Méthode Scientifique.

Les références musicales

Le titre du jour : "Crazy Arms" par Jerry Lee Lewis

Le générique de début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Natacha Triou
Natacha Triou
Natacha Triou
Collaboration
Céline Loozen
Collaboration