Portrait de Sophie Germain (1776-1831), gravure de 1860
Portrait de Sophie Germain (1776-1831), gravure de 1860
Portrait de Sophie Germain (1776-1831), gravure de 1860 ©AFP - Bianchetti/Leemage
Portrait de Sophie Germain (1776-1831), gravure de 1860 ©AFP - Bianchetti/Leemage
Portrait de Sophie Germain (1776-1831), gravure de 1860 ©AFP - Bianchetti/Leemage
Publicité
Résumé

Comment Sophie Germain s’est-elle forgée une culture mathématique au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle ? Quels ont été ses principaux apports théoriques en matière de théorie des nombres et de surfaces élastiques ? Quelle postérité ont eu ses travaux et sa pensée philosophique ?

avec :

Christine Charetton (Maîtresse de conférences honoraire en mathématiques de l’Université Claude Bernard), Victoria Cantoral Farfán (Chercheuse postdoctorale au département de mathématiques de KU Leuven (Katholieke Universiteit te Leuven)).

En savoir plus

Si aujourd’hui la parité est dépassée dans les sciences du vivant, il reste des domaines dans lesquels les femmes sont encore très sous-représentées, au premier rang desquels, les mathématiques. S’il a fallu attendre 2014 pour que la médaille Fields soit remise à une mathématicienne, c’est bien l’histoire d’une mathématicienne que nous allons vous raconter aujourd’hui. Une mathématicienne de la fin du XVIIIème siècle qui a dû longtemps se faire passer pour un homme pour que ses travaux soient reconnus, et que l’histoire des sciences a longtemps laissé dans l’ombre : Sophie Germain. 

Sophie Germain : la boss des maths, c’est le programme féminin qui est le nôtre pour l’heure qui vient.

Publicité

Et pour raconter cette histoire, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Christine Charretton, mathématicienne, maîtresse de conférences honoraire à l’université Claude Bernard Lyon 1, ancienne présidente de l’association Femmes et mathématiques, co-autrice avec Anne Boyé de Je suis Sophie Germain (éd. Jacques André éditeur) et Victoria Cantoral Farfán, en duplex du bureau de Radio France à Bruxelles, chercheuse post doctorale au sein du département mathématique, section d’Algèbre à l’université KU Leuven.

À lire : Sophie Germain, génie oubliée des mathématiques

Le reportage du jour

Rencontre avec Kamil Fadel directeur du département “Physique”  au Palais de la découverte. A quoi ressemblent les mystérieuses Figures de Chladni et quel rôle Sophie Germain a-t-elle joué dans leur explication mathématique ? Par Antoine Beauchamp : 

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage Kamil Fadel figures de Chladni

9 min

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Liens

[Thread] Retrouvez aussi les sources de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Les références musicales

Le titre du jour : Mathématiques par Mustang

Le générique de début : Music to watch space girls by par Leonard Nimoy

Le générique de fin : Says par Nils Frahm

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Tom Umbdenstock
Collaboration
Natacha Triou
Collaboration
Céline Loozen
Collaboration
Alexandra Delbot
Collaboration