La station se déplace autour de la Terre sur une orbite basse à une altitude comprise entre 360 et 400 kilomètres et fait le tour de notre planète en 90 minutes. Sa vitesse moyenne est de 27 600 km/h (soit 7,66 km/s)
La station se déplace autour de la Terre sur une orbite basse à une altitude comprise entre 360 et 400 kilomètres et fait le tour de notre planète en 90 minutes. Sa vitesse moyenne est de 27 600 km/h (soit 7,66 km/s) - Public Domain
La station se déplace autour de la Terre sur une orbite basse à une altitude comprise entre 360 et 400 kilomètres et fait le tour de notre planète en 90 minutes. Sa vitesse moyenne est de 27 600 km/h (soit 7,66 km/s) - Public Domain
La station se déplace autour de la Terre sur une orbite basse à une altitude comprise entre 360 et 400 kilomètres et fait le tour de notre planète en 90 minutes. Sa vitesse moyenne est de 27 600 km/h (soit 7,66 km/s) - Public Domain
Publicité

A quoi sert la Station spatiale internationale ? Quels buts ? A quoi sert le budget qui lui est attribué ? Concernant la recherche, les rapports bénéfices/coûts sont-ils véritablement intéressants ? Quelle place pour la recherche scientifique à son bord ? Comment prévoit-on de démanteler l'ISS ?

Avec
  • Alain Dupas Physicien, spécialiste des questions technologiques et spatiales
  • Sébastien Barde Responsable du CADMOS (Centre d'Aide au Développement des activités en Micropesanteur et des Opérations Spatiales) au CNES

Depuis 96 heures très précisément, Thomas Pesquet est de retour sur la Terre ferme, après un séjour de 196 jours dans l’espace. 196 jours où il aura mené en tout et pour tout une soixantaine d’expériences scientifiques, fait plusieurs sorties extravéhiculaires, et cédé une partie de son corps à la science puisque l’objet d’une partie des expériences menées en micro-gravité, c’est lui-même, son propre corps et ses réactions à la vie en impesanteur. L’occasion pour nous de revenir sur l’histoire de cette Station Spatiale Internationale, sur la science que l’on y a fait et que l’on y fera, de son avenir et de se poser cette question ; l’ISS est-elle vraiment le laboratoire le plus cher du monde ?

Station Spatiale Internationale : un labo là-haut. C’est le problème qui va occuper La Méthode scientifique dans l’heure qui vient.

Publicité

Et pour rejoindre l’ISS en orbite à 400km d’altitude, nos deux capsules SOYOUZ radiophoniques aujourd’hui sont Alain Dupas, astrophysicien, spécialiste des questions technologiques et spatiales, vous avez été longtemps chargé d’études au CNES dans le domaine de la prospective des systèmes et des programmes spatiaux avec Sébastien Barde, responsable du CADMOS, le Centre d’Aide au Développement des activités en Micropesanteur et des Opérations Spatiales) au CNES.

“Pour étudier l’homme dans l’espace, il faut un homme dans l’espace !” Francis Rocard, responsable Système solaire au CNES

Le reportage du jour

Le vieillissement vasculaire dans l'espace avec Pierre Boutouyrie, cardiologue et chercheur (INSERM/Paris Descartes) :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage "Experience ISS"

8 min

Le fil de l'émission

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les références musicales

Générique du début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Générique de fin : "Bergschrund" par DJ Shadow

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Elisabeth Miro
Réalisation
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Collaboration
Céline Loozen
Collaboration