Peu après sa naissance, il y a 4,55 milliards d’années, la Terre était une boule de roche en fusion.
Peu après sa naissance, il y a 4,55 milliards d’années, la Terre était une boule de roche en fusion.
Peu après sa naissance, il y a 4,55 milliards d’années, la Terre était une boule de roche en fusion.  ©Getty - MARK GARLICK/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Peu après sa naissance, il y a 4,55 milliards d’années, la Terre était une boule de roche en fusion. ©Getty - MARK GARLICK/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Peu après sa naissance, il y a 4,55 milliards d’années, la Terre était une boule de roche en fusion. ©Getty - MARK GARLICK/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Publicité
Résumé

Comment la Terre est-elle passée d’une boule de roche en fusion à l’environnement propice à la vie que nous connaissons actuellement ? Comment les blocs continentaux se sont-ils formés ? Comment étudie-t-on ces périodes temporelles très lointaines ? Comment les continents se sont-ils formés ?

avec :

Hervé Martin (Professeur de géologie et géochimie) (Professeur de géologie et géochimie à l’université Clermont-Auvergne au Laboratoire Magmas et volcans, Equipe de géochimie), Jean-Pierre Lorand (Directeur de recherche CNRS, Directeur au laboratoire de planétologie et géodynamique à l'Université de Nantes et au Muséum National d’Histoire Naturelle).

En savoir plus

Si aujourd’hui, la température moyenne à la surface de la Terre est d’environ 15 degrés celsius. Tel n’a pas toujours été le cas, loin s’en faut. Si on remonte aux tous débuts de l’histoire de notre planète, il y a environ 4 milliards et demi d’années, la température ambiante était vraisemblablement autour des 5000 degrés. Bien loin de l’agréable astre tempéré recouvert d’océan d’eau liquide, c’était un immense océan de magma en fusion, profond de plusieurs centaines de kilomètres. Comment est-on passé de cet astre brûlant à la douce planète tempérée qui est la nôtre ? En combien de temps s’est opéré ce refroidissement, et pour quelles raisons ? 

Terre primitive, chaud bouillant. C’est le programme chaleureux qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour retracer les premières centaines de millions d’années de notre planète, et tâcher de comprendre comment elle a changé d’état, et comment sont apparus non seulement les plateaux continentaux, mais aussi l’eau liquide et les planchers océaniques, nous avons le plaisir de recevoir Jean-Pierre Lorand, directeur de recherches CNRS, directeur de laboratoire de planétologie et géodynamique à l’Université de Nantes et au Museum d’Histoire Naturelle et Hervé Martin, professeur de géologie et géochimie à l’Université Clermont-Auvergne, au laboratoire Magmas et volcans, équipe de géochimie.

Selon la datation officielle la plus précise que l’on puisse donner aujourd’hui, la Terre, notre belle planète, serait âgée de 4 milliards 567 millions d’années… 

Une datation loin d’être évidente à effectuer, comme on va le voir, notamment parce que de cette époque initiale, de l’agrégation du disque planétaire de poussières, de planétésimaux et de fragments rocheux. Il ne reste pour ainsi dire rien, ou plutôt : rien en surface.

Il y a 4 milliards et demi d’années, la Terre primitive était un amas rocheux en fusion, bombardé constamment d’autre corps, avec pour conséquence de créer la planète rocheuse que nous connaissons, mais dans un tout autre état, recouvert d’une épaisse couche de roche en fusion.

Quelles sont les étapes qui ont conduit cet astre à se refroidir, se doter d’une atmosphère, d’un manteau, d’une croûte, d’un noyau et de tout le reste, à savoir des continents et un immense océan d’eau liquide tempérée ?

Le reportage du jour

Comment comprendre les processus de solidification et de cristallisation de notre à l’Hadéen, sans pouvoir disposer d’éléments terrestres tangibles ? Dans l’équipe Cosmochimie, astrophysique et géophysique expérimentale, l’équipe de Frédéric Moynier analyse des roches de Lune, car elle partage une origine commune avec la Terre. Etudier les roches de lune, c’est donc sonder le passé de la Terre, à travers la chimie primitive qu’elles ont encapsulées en elles . Par Céline Loozen :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage

8 min

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

À réécouter : Theia-Terre, le choc frontal

Les références musicales

Le titre du jour : "Automate" par Dalva

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Production déléguée
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration