Les TOC touchent environ 2 % de la population. Il s’agit ainsi de la 4e pathologie psychiatrique la plus fréquente après les troubles phobiques, les addictions et les troubles dépressifs.
Les TOC touchent environ 2 % de la population. Il s’agit ainsi de la 4e pathologie psychiatrique la plus fréquente après les troubles phobiques, les addictions et les troubles dépressifs.
Les TOC touchent environ 2 % de la population. Il s’agit ainsi de la 4e pathologie psychiatrique la plus fréquente après les troubles phobiques, les addictions et les troubles dépressifs. - Daiana Lorenz / Flickr
Les TOC touchent environ 2 % de la population. Il s’agit ainsi de la 4e pathologie psychiatrique la plus fréquente après les troubles phobiques, les addictions et les troubles dépressifs. - Daiana Lorenz / Flickr
Les TOC touchent environ 2 % de la population. Il s’agit ainsi de la 4e pathologie psychiatrique la plus fréquente après les troubles phobiques, les addictions et les troubles dépressifs. - Daiana Lorenz / Flickr
Publicité
Résumé

Que sait-on des troubles obsessionnels compulsifs ? Quelles sont les causes des TOC ? Quelles améliorations doit-on apporter à la prise en charge des TOC ?

avec :

Karim Ndiaye (Ingénieur de recherche et chercheur à l'Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM) à la Pitié Salpêtrière Responsable de la plateforme PRISME dédiée aux études cognitives et comportementales chez l'humain), Luc Mallet (Psychiatre et chercheur en neurosciences, professeur de psychiatrie à l’Université Paris-Est Créteil et chercheur à l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM).).

En savoir plus

Vous venez de sortir de chez vous. mais est-ce que vous avez bien fermé la porte à clé ? Fermé le gaz ? Les fenêtres ? Vérifié le courrier ? A moins qu’il ne s’agisse d’une envie irrépressible de vous laver les mains, les dents, le visage… Ces pensées parasites, tout le monde les a eues un jour ou l’autre. Mais lorsqu’elles reviennent sans cesse, lorsqu’il devient impossible de refréner ses pulsions de vérification, de rangement, de nettoyage, la vie se transforme rapidement en enfer. Que sont exactement ces TOC, ces troubles obsessionnels compulsifs ? Des troubles qui ne sont pas un mal contemporain puisque Shakespeare les dépeignait déjà chez Lady Macbeth. D’où viennent-ils, et comment les guérir ?

TOC : une vie sous contrôles : c’est le programme répétitif qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour évoquer l’état de nos connaissances sur ces TOC qui touchent jusqu’à 2% de la population et constituent la quatrième pathologie psychiatrique la plus fréquente, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Luc Mallet, chercheur en neurosciences, professeur de psychiatrie à l’Université Paris-Est Créteil, et chercheur à l’ICM, l’Institut du Cerveau et de la Moelle Épinière et Karim Ndiaye, ingénieur de recherche et chercheur à l’ICM à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris et responsable de la plateforme PRISME dédiée aux études cognitives et comportementales chez l’humain. 

Le reportage du jour

Rencontre avec Eric Burguière chef de l’équipe  “Neurophysiologie des comportements répétitifs” à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière. Comment l’optogénétique permet-elle de contrôler certains TOC chez des souris montrant des signes de comportements compulsifs ? Par Antoine Beauchamp :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Eric Burguière

6 min

Pour aller plus loin

(Thread] Retrouvez aussi les sources de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Les références musicales

Le titre du jour : Trouble in my mind par Rosetta Tharpe

Le générique de début : Music to watch space girls by par Leonard Nimoy

Le générique de fin : Says par Nils Frahm

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Collaboration
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Natacha Triou
Collaboration
Céline Loozen
Collaboration