Les récentes observations correspondraient à la formation – il y a sept milliards d’années – d’un trou noir d’environ 142 masses solaires à partir de la coalescence de deux trous noirs de 65 et 85 masses solaires.
Les récentes observations correspondraient à la formation – il y a sept milliards d’années – d’un trou noir d’environ 142 masses solaires à partir de la coalescence de deux trous noirs de 65 et 85 masses solaires. ©Getty -  Aaron Horowitz
Les récentes observations correspondraient à la formation – il y a sept milliards d’années – d’un trou noir d’environ 142 masses solaires à partir de la coalescence de deux trous noirs de 65 et 85 masses solaires. ©Getty - Aaron Horowitz
Les récentes observations correspondraient à la formation – il y a sept milliards d’années – d’un trou noir d’environ 142 masses solaires à partir de la coalescence de deux trous noirs de 65 et 85 masses solaires. ©Getty - Aaron Horowitz
Publicité

Un trou noir de masse record a été détecté via les ondes gravitationnelles. Que sont les trous noirs intermédiaires ? Pourquoi cette découverte est-elle importante ? Comment a-t-on identifié ce trou noir intermédiaire ?

Avec
  • Astrid Lamberts Chargée de recherche à l'Observatoire de la Côte d'Azur et membre de la collaboration Virgo
  • Natalie Webb Astronome à l’institut de recherche en astrophysique et planétologie

Dans la famille des trous noirs, nous avons les trous noirs de masse stellaire de quelques dizaines de fois la masse du soleil. Ils sont le produit de l’effondrement d’une étoile supermassive en fin de vie. Nous avons les trous noirs supermassifs, de plusieurs dizaines, voire centaines de milliers de fois la masse du soleil, ils sont au centre des galaxies. Et puis entre les deux, il y a une population étrange, hypothétique, dont on ne sait pas grand-chose : les trous noirs intermédiaires. C’est l’un de ces trous noirs qui a été détecté et dont l’annonce a été faite début septembre. Que sont-ils ? Qui sont-ils ? Et quel est leur réseau ?

_Trous noirs intermédiaires : ni trop petits, ni trop gros._C'est le programme stellaire qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour tout savoir sur ces trous noirs exotiques, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Astrid Lamberts, chargée de recherche à l’observatoire Nice-Côte D’Azur et membre de la collaboration VIRGO et Nathalie Webb, astronome à l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie.

Le reportage du jour

Rencontre avec Matteo Barsuglia directeur de recherche CNRS au Laboratoire Astroparticules et cosmologie de l’Université de Paris et responsable scientifique du projet VIRGO pour la France. Comment à partir d’un signal détecté par VIRGO et LIRGO peut-on établir l’existence des trous noirs intermédiaires? Par Antoine Beauchamp :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Matteo Barsuglia trous noirs intermédiaires

7 min

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Les références musicales

Le titre du jour : " Black hole sun" par Haley Reinhart

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp
Production déléguée
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration