En quoi le concept du multivers d’un point de vue cosmologique est-il un corollaire du concept de l’inflation éternelle ?
En quoi le concept du multivers d’un point de vue cosmologique est-il un corollaire du concept de l’inflation éternelle ?
En quoi le concept du multivers d’un point de vue cosmologique est-il un corollaire du concept de l’inflation éternelle ?  - Silver Spoon
En quoi le concept du multivers d’un point de vue cosmologique est-il un corollaire du concept de l’inflation éternelle ? - Silver Spoon
En quoi le concept du multivers d’un point de vue cosmologique est-il un corollaire du concept de l’inflation éternelle ? - Silver Spoon
Publicité
Résumé

Qu’appelle-t-on multivers ? Comment le concept est-il né ? Comment prouver l’existence du multivers ? Quel lien avec le fond diffus cosmologique ?

avec :

Mairi Sakellariadou (Professeur de physique théorique au King’s College London), Carlo Rovelli (Physicien et historien des sciences, il dirige le groupe de recherche en gravité quantique au centre de physique théorique de Marseille-Luminy.).

En savoir plus

Les romans de Philip K. Dick, Robert Heinlein, Terry Pratchett, Philip José Farmer mais aussi Star Trek, Fringe, Rick et Morty, Counterpart sans parler des univers Marvel ou DC… il serait long et fastidieux de citer toutes les œuvres de science-fiction qui ont recours au multivers tellement elles sont nombreuses et tellement les possibilités narratives sont illimitées. Mais que dit exactement la science à ce propos ? S’il s’avère que c’est une hypothèse envisagée de différentes manières en physique théorique, cela reste une hypothèse très discutée, voire contestée puisqu’il serait, en principe, impossible d’en obtenir une preuve observationnelle. Que faire du multivers, et quel sérieux lui accorder ? C’est l’enquête que nous allons mener aujourd’hui… 

Un dernier multivers pour la route. C’est le programme hypothétique qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Publicité

Et pour examiner les différentes hypothèses, et les différents niveaux de multivers envisagés par la physique théorique, nous avons l’immense plaisir de retrouver Carlo Rovelli, physicien, historien des sciences, directeur du groupe gravité quantique au Centre de physique théorique Marseille Luminy, auteur notamment de "L’ordre du temps" aux éditions Flammarion ou "Sept brèves leçons de physique" aux éditions Odile Jacob – récemment "Helgoland Making Sense of the Quantum Revolution" en anglais ou italien et Mairi Sakellariadou, professeure de physique théorique au King’s College de Londres.

Vous avez peut être vu passer, si vous fréquentez assidument les réseaux sociaux, ce même qui circule depuis quelques années, et sur lequel on voit dans un moteur de recherche, entrés les mots "I hope" et la proposition automatique de ce dit moteur est "I hope parallel universe me is doing ok". Soit "j’espère que le moi d’un univers parallèle va bien".

C’est dire à quel point l’idée d’un multivers est largement développée, pourrait-on dire « acquise » dans la culture populaire, à grand renfort de récits fantastiques ou de fiction qui utilisent ce ressort à gogo pour produire des scénarios rocambolesques et compliqués à outrance.

Pour une fois, est-ce que la culture populaire aurait de l’avance sur la physique théorique ? Parce que ce qui est quasi acquis par le grand public ne l’est pas du tout par les scientifiques, et le multivers pose d’importants problèmes conceptuels, même s’il n’est pas écartable pour autant…

Le reportage du jour

Rencontre avec Guillaume Duprat, auteur illustrateur spécialisé dans la représentation de l’espace et des cosmographies. Comment représenter un multivers et par quels moyens rendre par l’illustration les diverses caractéristiques possibles des multivers ? C’est l’une des questions à laquelle il a tenté de répondre dans son livre Les univers des mondes grecs aux multivers (Edition Saltimbanque, 2018). Par Antoine Beauchamp.

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

  • [Vidéo] La théorie des cordes par David Louapre :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les références musicales

Le titre du jour : "Il ne faut jamais rien raconter" par Jérôme Ghern

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production
Antoine Beauchamp
Production déléguée
Eve Etienne
Collaboration
Olivier Bétard
Réalisation
Céline Loozen
Collaboration