Dans quelle campagne déplacer la capitale de la France ?

Luc Moullet, "Imphy, capitale de la France"
Luc Moullet, "Imphy, capitale de la France" - Les Films d'ici
Luc Moullet, "Imphy, capitale de la France" - Les Films d'ici
Luc Moullet, "Imphy, capitale de la France" - Les Films d'ici
Publicité

Changer la capitale française de place, c'est une idée, un projet et un court-métrage du cinéaste Luc Moullet en 1994 : "Imphy, capitale de la France". Un film de route dans les grands espaces des campagnes françaises.

Déplacer la ville à la campagne, certains l’ont peut-être rêvé, un homme l'a fait. Et cet homme c'est Luc Moullet, cinéaste désopilant apparenté à la Nouvelle Vague. Le rêve a pris avec lui, en 1994, les contours clairs et distincts d’un film pour la télévision, qui porte un titre non moins clair : Imphy Capitale de la France
 

Le constat liminaire de Moullet est sans appel : Paris est devenu, je cite : "le cancer de la France", une outreville énorme, tentaculaire, et située beaucoup trop au Nord du pays. Elle ne convient plus. Cette aberration urbaine, géographique et politique doit cesser. Il faut déplacer Paris. Déplacer la capitale vers la campagne, comme Canberra en Australie ou Brasilia au Brésil.
 

Publicité

Mais alors où installer la nouvelle capitale de la France ? Dans quelle zone rurale implanter un nouveau centre urbain ? Luc Moullet décide de partir sur les routes pour trouver le lieu parfait, le port idéal susceptible d'accueillir une ville du futur, une capitale de la France enfin respirable.
 

Avec camionnette et caméra, il atterrit d'abord dans le département de la Nièvre, sur les territoires de la commune d’Imphy, à quelques kilomètres de Nevers. Mais pourquoi Imphy ? Parce que la petite ville est située près du centre à peu près pur et parfait de la France.
 

On entend Luc Moullet arriver à Imphy avec son acolyte Antonietta Pizzorno, celle qui paraissait déjà à ses côtés dans son film sur le couple Anatomie d’un rapport. Ils imaginent sur quels sols poser les emplacements des futurs bâtiments publics et institutions. Le ministère des finances s’implanterait très bien sur l'affluent de la Loire, tout comme Bercy sur la Seine, et le ministère de l'intérieur trouverait la place parfaite au milieu d'un champ où, pour l'instant, paissent de paisibles vaches blanches.
 

Mais, très vite, Imphy ne convient pas, on pourrait même dire qu’Imphy ne suffit pas. Moullet et Pizzorno s'enguirlandent sur le choix des lieux. La dispute amoureuse et administrative les mène ainsi vers le sud, dans le causse Comtal aveyronnais, puis dans l'Hérault, en bordure de Méditerranée. Mais jusqu'où iront-ils ? Je laisse le suspense croître.
 

Ce qu'il y a de beau dans Imphy, capitale de la France, en plus de son comique génial, c'est sa dimension cachée de western discret. En effet, tout au long de son film, on voit Luc Moullet chercher des terres vierges pour y implanter sa capitale à venir. Le cinéaste scrute quels seraient les grands espaces incultes et sauvages de la France, des lieux où poser la frontière, ou les fondations d’une nouvelle ville. Il rejoue comiquement l'épopée du grand Ouest à l'intérieur de la campagne française.

L'équipe