Le Gaslight Café en 1961 ©Getty - New York Daily News Archive
Le Gaslight Café en 1961 ©Getty - New York Daily News Archive
Le Gaslight Café en 1961 ©Getty - New York Daily News Archive
Publicité
Résumé

Le quartier de Greenwich Village à New York a hébergé une institution économico-artistique : le Gaslight Café. Sa scène ouverte a accueilli des musiciens comme Dylan et Springsteen, mais aussi des artistes fictifs : Llewyn Davis et Mrs Maisel.

En savoir plus

Aujourd'hui nous nous rendons dans le quartier new-yorkais de Greenwich Village, très précisément au 116 MacDougal Street. On descend le petit escalier qui nous mène à une salle en demi-sous-sol, typique de la ville, et on pousse la porte de ce qui fut une institution de la culture new-yorkaise : le Gaslight Café. Il a malheureusement fermé ses portes en 1971, la visite sera fantasmatique, car plusieurs œuvres de fiction nous permettent à nouveau d'y rentrer, presque matériellement.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

C'est un intérieur sobre, tout de briques et de bois, semé de tables rondes, et au fond duquel est érigée une petite scène éclairée par une poursuite à la lumière crue. Tel est le décor du Gaslight Café. La voix que l'on que l'on vient d'entendre appartient à un avatar de Bob Dylan, elle chante "Farewell" au second plan de cette scène du film des frères Cohen Inside Llewyn Davis, sorti en 2013.

Publicité

Ce détail posé à l'arrière-plan du dialogue est absolument historique. Joël et Ethan Cohen rendent dans ce film un hommage aux ratés, en nous racontant la trajectoire parallèle de Llewyn Davis, un musicien folk qui n'a pas percé sur les planches de cette scène ouverte new-yorkaise tremplin de musiciens jazz, folk, pop, poètes, et humoristes.

L'institution artistico-économique que fut ce bar a cependant fait long feu. L'établissement ouvre en 1958, sous la direction d'un certain John Mitchell, il connaitra quatre propriétaires successifs, il faudrait d'ailleurs un jour écrire une histoire mondiale de ces personnages secondaires mais cruciaux. J’ai nommé : les patrons de bars. La scène ouverte du Gaslight s’arrête en 1971, mettant un point final à une dizaine d'années d'existence intense, car la coffe house a accueilli tout au long de sa vie brève : les poètes de la Beat generation, une des premières performances de la grande Joni Mitchell, Bruce Springsteen, Jimi Hendrix et Eric Clapton... On dirait que toutes les années 60 ont littéralement poussé la porte du bar en demi-sous-sol.

Après sa disparition, le lieu mythique connait donc une survivance dans et par la fiction. Outre les frères Cohen, il a servi de décor à un épisode la série Mad Men, et à une chanson de David Bowie, hommage à Dylan : "(You Will) Set The World On Fire". La petite estrade qui sert de scène a surtout accueilli une star récente et fictive, un prodige absolu de l'humour : la merveilleuse Mrs Maisel.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un extrait de la série The Marvelous Mrs Maisel qui réinvestit le décor sixties de briques et de bois du Gaslight Café. Miriam "Midge" Maisel, ivre morte, vient de monter pour la première fois de sa vie sur une scène de stand-up, de parler dans un micro de ses malheurs et de Penny Pam (l’amante de son mari), et c'est une complète révélation. En plus d’inventer ce nouveau talent brut, la série américaine donne au bar une nouvelle gérante fictive, un personnage secondaire mais crucial : une figure bourrue, qui dit "fuck" à tout bout de phrases, et fume énormément de cigarettes : Susie Meyerson. Cinquante ans après sa fermeture, les lumières du Gaslight répandent encore leurs feux.

Références

L'équipe

Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre