"Holy Motors" de Leos Carax
"Holy Motors" de Leos Carax
"Holy Motors" de Leos Carax - Les Films du Losange
"Holy Motors" de Leos Carax - Les Films du Losange
"Holy Motors" de Leos Carax - Les Films du Losange
Publicité
Résumé

Dans son film de 2012 "Holy Motors", le cinéaste Leos Carax installe la chanteuse Kylie Minogue et l'acteur Denis Lavant dans une Samaritaine absolument désertée. Clip sur les ruines d'un couple.

En savoir plus

Holy Motors est un film à protocole de Leos Carax, sorti en 2012. Il met en scène l'acteur Denis Lavant dans le rôle de "Monsieur Oscar", un homme qui sillonne les rues de la capitale française à bord d’une limousine blanche conduite par la merveilleuse actrice Edith Scob. Monsieur Oscar aura neuf "rendez-vous" protocolaires dans sa journée. Ces rendez-vous donnent lieu à des scènes relativement autonomes où Denis Lavant se transforme. Il incarnera ainsi une dizaine de silhouettes : un homme d'affaire à oreillette, une vieille mendiante, un père de famille, ou encore l'inquiétant "Monsieur Merde".

La séquence d'aujourd'hui a lieu de nuit, vers le huitième rendez-vous. A la faveur d'une collision, Monsieur Oscar rencontre un alter-ego transformiste, et une ancienne histoire d'amour, installé dans une limousine en tous points pareille à la sienne. Cet alter ego n'est autre que la chanteuse et actrice australienne Kylie Minogue. Leurs deux véhicules viennent de se percuter, et pas n'importe où : au pied de la Samaritaine déserte. Ils entrent dans le bâtiment abandonné. Ils n'ont que vingt minutes à passer ensemble, avant de ne plus jamais se revoir et, soudain, une musique retentit dans le grand magasin vide.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"Who were we ?", "Qui étions-nous ?" chante Kylie Minogue, sous le regard de Denis Lavant en robe de chambre. Elle raconte en musique la faillite de leur couple. La caméra de Leos Carax tourne, avec des mouvements gracieux, autour de la pop star dans les grands espaces déserts du magasin, monstre de fer et de verre endormi. La séquence du film a été tournée à la Samaritaine en 2011, soit pendant la période de jachère du bâtiment de la Belle-Epoque.

La Samaritaine est à l'image de ce duo impromptu, et de cet ancien couple : une sorte de ruine mélancolique, un vieux machin abandonné, dont on ne sait plus que faire. Denis Lavant dira d’ailleurs à Kylie Minogue, sur un ton contrit : "Un jour, j'étais venu ici pour t'acheter des soutiens gorges". Carax s'adonne alors à un léger élan de cette passion des ruines, autrement appelée "ruin porn", en vogue en ce début des années 10. Il aime à filmer le sol jonché de morceaux démembrés de mannequins en cellulose, et des bâches en plastique.

Chaque séquence-rendez-vous, du film Holy Motors explore différents registres de cinéma à travers les rôles successifs de M. Oscar. Avec cette séquence, le réalisateur s'offre le luxe de tourner un clip musical dans la Samaritaine déserte, à grand renfort de violons et d'effets mélodramatiques. Carax a recours à des stratégies de cinéma précises, comme cet improbable zoom rapide en contre-plongée sur la chanteuse appuyée à la rambarde du plus haut balcon de la galerie du magasin. Un effet visuel qui n'est pas sans rappeler les envolées de certaines comédies musicales animées, comme La Belle et la Bête, Le Roi Lion, ou d'autres productions de Walt Disney.

Puis le clip déambule avec le couple dans la Samaritaine, il passe devant les fenêtres qui donnent sur l'église voisine Saint-Germain l'Auxerrois. Avant le final sur les toits du bâtiment, et la vue vers Notre-Dame-de-Paris, du temps où sa flèche existait, et la tour Montparnasse. Les deux amants se disent adieu, derrière les lettres géantes et à l'envers de l'enseigne du grand magasin. Juste avant que Kylie Minogue, ne saute dans le vide entre la lettre A et la lettre I...

Références

L'équipe