La Cour des Lions dans l'Alhambra, en 1855
La Cour des Lions dans l'Alhambra, en 1855
La Cour des Lions dans l'Alhambra, en 1855 ©Getty - Universal Images Group
La Cour des Lions dans l'Alhambra, en 1855 ©Getty - Universal Images Group
La Cour des Lions dans l'Alhambra, en 1855 ©Getty - Universal Images Group
Publicité
Résumé

Le guitariste et compositeur espagnol Francisco Tarrega est l'auteur d'une œuvre musicale canonique : "Recuerdos de la Alhambra", composée tout en trémolo à la fin du 19ème siècle.

En savoir plus

Aujourd'hui, dans la Pièce Jointe s'invite un morceau que l'on a déjà entendu pendant cette heure d'émission, comme un motif caché dans le tapis, et qui insiste. Il s'agit d'une brève pièce musicale de quelques minutes, entre trois, quatre et cinq, car le temps varie en fonction des interprétations.
 

C'est une œuvre écrite pour une seule guitare qui date de la toute fin du 19ème siècle. Elle est signée par le compositeur et guitariste espagnol Francisco Tarrega. Elle s'intitule Recuerdos de la Alhambra. En français : les Souvenirs de l'Alhambra.
 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Tout à l'heure, un enregistrement des Recuerdos de l'Alhambra a été diffusé, dans une interprétation du guitariste John Williams. Ici, c'est une version plus contemporaine du titre que l'on écoute, interprétée par Ana Vidovic en 2015. Les Recuerdos de l'Alhambra représentent un des sommets de la guitare classique, une pièce réservée aux virtuoses. Son compositeur, Francisco Tarrega, originaire de la région de Castellon, a vécu pendant une large seconde moitié du 19ème siècle. Et il a contribué, par ses œuvres, à fixer certaines techniques et certains usages de l'instrument classique espagnol.
 

Si l’on écoute bien le morceau, on peut avoir l'impression d'entendre plusieurs guitares et non pas une seule. Ceci s'explique par l'écriture singulière des Recuerdos de l'Alhambra, qui se distingue par leur utilisation radicale du trémolo, cet effet des doigts qui consiste à jouer plusieurs notes dans un même et rapide mouvement. C'est l'enchainement de notes que l'on entend plus aigu, sous l'autre mélodie plus lente. L'œuvre commence en mineur, puis s'ouvre vers le mode majeur.
 

Pourquoi Francisco Tarrega a-t-il choisi d'intituler sa composition "Souvenirs de l'Alhambra" ?
 

En premier lieu, pour une raison pratique, parce que cette pièce pour guitare a été écrite à l'intérieur des murs de ville de Grenade. Le manuscrit des partitions comporte ainsi une dédicace modeste que Tarrega adresse à une certaine Señora Conception Gomez de Jacoby, je cite :
 

Acceptez mon humble note poétique, cette impression que mon âme a ressentie devant la grande merveille de l'Alhambra de Grenade que nous admirons tous deux.

L'autre raison qui explique le titre est plus musicologique. Le morceau de Francisco Tarrega s'inscrit dans toute une série d'œuvres musicales qui se gravitent autour de la ville de Grenade au 19ème siècle, tant au niveau du thème que de l'orchestration. Plusieurs compositeurs espagnols mêlent ainsi le romantisme florissant à des mélodies inspirées de l'orient. On donnera à tout ce courant un nom, assez vaguement défini et péjoratif, celui d' "alhambrisme". 

Avec ses Recuerdos de l'Alhambra, Francisco Tarrega pousse la virtuosité et la mélancolie de quelques degrés de plus.