Carte de la région d'Arras en 1917 ©Getty - Hulton Archive
Carte de la région d'Arras en 1917 ©Getty - Hulton Archive
Carte de la région d'Arras en 1917 ©Getty - Hulton Archive
Publicité
Résumé

L'écrivain et poète contemporain Jean-Michel Espitallier a mis en poème la géographie française dans Son texte "France Romans". Il répertorie une foule de communes françaises et les agence dans un certain ordre poétique.

En savoir plus

Nombreux furent les romans qui, dans l'histoire littéraire, ont cherché à saisir les enjeux géographiques de l'espace et des paysages. On peut citer par exemple les romans poétiques de Julien Gracq. Il en existe d'autres qui se sont attachés à trouver l'extraordinaire dans l’apparente banalité des lieux et des cartes.

Un homme, un poète, a ainsi mis en texte, en ordre, en poèmes, et en liste un nombre très important de communes françaises. Cet homme s'appelle Jean-Michel Espitallier, et son texte s'intitule France romans. Signalons que le mot « romans » dans le titre porte un s final, signe indubitable de la pluralité. Bien avant « France Travail », mais après « France Culture », il y eut donc « France Romans ».
**
BUJALEUF.** Les recherches se poursuivent sur le lac de Bujaleuf pour tenter de retrouver le pêcheur disparu.
BOÔ-SILHEN. Dans le Lavedan.
GRAISSAC. Zone Natura 2000.
VIEUX-LES-ASFELD. Fin du canal des Ardennes, début du canal latéral à l'Aisne, écluse n°14.
PLANQUES. Pas d'école primaire.
CHIVY-LES-ETOUVELLES. Le gros-vert, comme on l'appelle, est cultivé sans aucun produit pesticide et désherbé à la binette.
TERMIGNON. Monument aux morts pacifistes. Bleu de Termignon.
MOUSSEY. Bataville : première usine Bata de France (1931).

Publicité

Un extrait de France romans de Jean-Michel Espitallier.

Quel protocole a choisi l’auteur pour composer ce poème de l’espace ? Une méthode peu scientifique ou géographique, mais rigoureuse : l'écrivain a noté le nom d'un grand nombre de communes, certains par pur plaisir sonore (des noms comme Bouix, Cox, ou Poursiugues-Boucoue), d’autres avec un sens comique des lieux-dits (Saint-Fiel, Malataverne ou La Porcherie), ou selon d'autres stratagèmes que l'on ignore.

À côté du nom de chaque commune, Jean-Michel Espitallier appose comme on l’a entendu un bref texte. Une description, un fait divers local dans le style de la Presse Quotidienne Régional, un fait factuel, une mystérieuse liste, une curiosité ou une banalité du site, et que sais-je encore… Un micro-roman se déploie ainsi pour chaque commune que l’auteur a répertoriée.

Cependant, Le mot "romans" dans France romans, ne doit pas nous tromper. Car, à lire la succession de noms de lieux, on éprouve un vertige et un doute sur la véracité de leur existence, voire même sur les faits rapportés… Mais un rapide tour sur le web nous révèle que les communes de « Gimouille » ou de « Moidieu-Détourbe » existent bel et bien. Le « Romans » dans France Romans ne désigne non pas la « fiction », puisque tout semble arraché au réel cru, mais plutôt les « récits », ou mieux : les départs de récit, comme on dit départs de feu.

La liste des noms de communes nous fait nager de plus en plus en plein mystère. Séparés de la carte dans laquelle ils sont d'ordinaire pris, les noms sont réassignés sur la page du livre dans un nouvel agencement. Car d'autres logiques du territoire sont ici appréhendées par Jean-Michel Espitallier.

France romans, instaure un nouvel ordre de la carte, un ordre poétique des communes de France. Un index à la fin du livre classe, agence et réorganise les brefs récits selon des catégories nouvelles qui nous orientent, ou nous désorientent. Les événements de France romans sont rangés en, je cite : "choses pas très sympa", "choses qui enivrent" ou encore en "choses un peu bizarres".

France romans, cette mise en poème des communes de France, est publié aux éditions Argol.

Références

L'équipe