Photo prise à Wittenheim en France. ©Getty - SEBASTIEN BOZON
Photo prise à Wittenheim en France. ©Getty - SEBASTIEN BOZON
Photo prise à Wittenheim en France. ©Getty - SEBASTIEN BOZON
Publicité
Résumé

Le 1er juillet 2018, 400 000 kilomètres de routes départementales et nationales à double sens se voyaient appliquer une limitation de vitesse à 80km/h au lieu de 90km/h. Trois ans après, 37 départements ont finalement remis en place les 90km/h, sur certains tronçons.

En savoir plus

Plus de trois ans après l’entrée en vigueur de la limitation à 80km/h sur les routes départementales et nationales bidirectionnelles, 37 départements ont finalement remis en place les 90km/h, sur certains tronçons. De quoi semer la confusion chez les automobilistes. Pourquoi certaines routes sont-elles repassées à 90km/h ? Quelle réglementation prévaut que l’on soit dans le Calvados ou dans le Loiret ? Comment s’y retrouver ?

Guillaume Erner reçoit Benoît Hiron, responsable de la sécurité routière au CEREMA (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement).

Publicité

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

État des lieux

Le 1er juillet 2018, 400 000 kilomètres de routes départementales et nationales à double sens se voyaient appliquer une limitation de vitesse à 80km/h au lieu de 90km/h. Aujourd'hui, quelle est la règle ?

C'est la règle des 80 km/h qui vaut sur l'ensemble du réseau, sauf si une signalisation indique le contraire. Les départements ont eu la possibilité de choisir une autre vitesse pour certains tronçons de route, à condition de le signaler. Si l'on est dans le doute, c'est donc le 80 qu'il faut prendre comme référence.

Individu et collectif : un arbitrage des intérêts

Aujourd'hui, 37 départements ont relevé la limitation à 90 km/h, et d'autres pourraient leur emboîter le pas. On a une question simple : est-ce que cela dépend des routes ? On peut imaginer que certaines routes ne puissent pas être limitées à 90 km/h, ou que le 80 km/h soit plus adapté.

Cela dépend des routes, mais aussi de l'arbitrage que l'on a fait entre la volonté individuelle d'un certain nombre de personnes et l'intérêt collectif. Au niveau individuel, on voit que si la vitesse est un peu plus élevée, on va gagner une seconde par kilomètre en moyenne en passant de 80 à 90 km/h ; on va consommer un peu plus de carburant, et produire plus de gaz à effet de serre

On peut penser qu'au niveau individuel, c'est un gain net, mais au niveau collectif, ces éléments vont être plus compliqués à mettre en avant dans un contexte où l'on cherche à réduire les émissions de CO2 et à développer la sécurité routière : dans un choc, à vitesse plus haute, les conséquences sont plus graves.

Donc au niveau local, liberté a été donnée à chaque territoire de voir ce qui correspondait à l'équilibre recherché entre l'intérêt individuel et l'intérêt collectif. On a parfois pu considérer que collectivement, à certains endroits, les 90 km/h donnaient une meilleure fluidité.

Méthodes de calcul

Cela peut-il être dangereux ? Y a-t-il des départements dont on peut considérer qu'ils auraient mieux fait de maintenir certaines routes à 80 km/h ?

Chaque département ayant remonté les vitesses a normalement réalisé une étude pour voir ce qu'il en était. La grosse difficulté, c'est que quand on prend un tronçon très court, il faut une longue période pour avoir une puissance statistique suffisante afin de savoir si la décision va avoir une conséquence.

Si je prends 400 000 km de route, j'ai une puissance statistique sur une période courte. Sur 22 km dans le Haut-Rhin, je vais devoir attendre plusieurs années pour mesurer une éventuelle différence. C'est la grosse difficulté qu'on a : le recul sur les remontées est court, et au niveau d'un département, cela ne va pas forcément se voir.

Ce que font nos voisins

Quelles sont les règles chez nos voisins ?

Chez nos voisins, un certain nombre ont le 90 km/h parce qu'il n'y a pas eu de réflexions particulières sur le sujet, d'autres ont pris des décisions. Si l'on prend les pays qui ont les meilleurs résultats en matière de sécurité routière, on voit que la Norvège et la Suisse sont à 80 km/h. Je dirais que le 90 km/h, si l'on regarde l'histoire de France, arrive sans résultat d'un calcul particulier ou d'un travail de documentation. 

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Élodie Piel
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation