Satellite (UARS) d'observation de la terre. Photo prise en 1991.
Satellite (UARS) d'observation de la terre. Photo prise en 1991.
Satellite (UARS) d'observation de la terre. Photo prise en 1991. ©Getty - Time Life Pictures/NASA/The LIFE Picture Collection
Satellite (UARS) d'observation de la terre. Photo prise en 1991. ©Getty - Time Life Pictures/NASA/The LIFE Picture Collection
Satellite (UARS) d'observation de la terre. Photo prise en 1991. ©Getty - Time Life Pictures/NASA/The LIFE Picture Collection
Publicité
Résumé

AsterX est le nom du premier exercice militaire français dans l’espace. En quoi consiste cet exercice militaire d'un nouveau genre ? Pourquoi l'espace devient-il un enjeu militaire stratégique pour les Etats ?

avec :

Xavier Pasco (Directeur de la Fondation pour la recherche stratégique et spécialiste de l’espace).

En savoir plus

AsterX, c’est le nom du premier exercice militaire français dans l’espace. Un exercice qui se tient depuis lundi 8 mars 2021 à des milliers de kilomètres au-dessus de nos têtes. Vendredi 12 mars 2021, Emmanuel Macron doit assister à l’une de ces opérations depuis le Centre national d’études spatiales de Toulouse. Comment et pourquoi l’espace est-il devenu un nouveau terrain d’entraînement pour l’armée ?

Guillaume Erner reçoit Xavier Pasco, directeur de la Fondation pour la Recherche Stratégique, spécialiste des questions spatiales. Auteur notamment de « Le nouvel âge spatial : de la guerre froide au new space », ed. CNRS.

Publicité

Comment se déroule un exercice militaire dans l'espace ?

Le contenu de ce type d'exercice est toujours très secret, mais il s'agit essentiellement de simulations par ordinateur qui recréent l'environnement spatial de la Terre avec les objets qui s'y trouvent. Aujourd'hui, il y a de plus en plus d'objets dans l'espace et beaucoup de calculs sont faits pour essayer de voir comment des risques peuvent se poser, notamment sur les satellites militaires français.

Il y a d'abord une simulation de la situation, c'est-à-dire, savoir ce qu'il se passe. C'est très compliqué parce que c'est très loin et il y a de plus en plus d'objets qui sont de plus en plus petits et qui peuvent manœuvrer. L'environnement spatial est en train de se transformer, donc on essaye de savoir de quoi il faut se doter pour avoir une bonne idée de la situation. Ensuite, on essaye de faire en sorte de pouvoir, par exemple, manœuvrer des satellites pour éviter des débris, ou des collisions avec un autre satellite. Et puis, on essaye de simuler ce que les militaires appelleraient plutôt des menaces, éventuellement un satellite qui se rapprocherait de nos satellites. On essaye alors de simuler une parade, une évasion ou un évitement pour changer de position.

Quels enjeux pour l'armée française ?

Aujourd'hui les militaires français se reposent beaucoup sur le spatial pour leurs opérations extérieures. Ce qui se fait au Sahel se fait à distance. Dès que vous faites quelque chose à distance, vous avez besoin de relais de télécommunications. Piloter des drones, observer ce qu'il se passe avec des satellites d'observation. Donc, aujourd'hui, il y a des satellites militaires qui observent et qui transmettent, qui écoutent et qui captent des signaux. Si ces satellites sont attaqués, c'est comme si vous attaquez le système de défense.

À réécouter : Nettoyage de l’espace : un nouveau marché ?

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

À réécouter : La ruée vers les données spatiales