La journaliste Sandra Muller et son avocat Francis Spizner à la conférence de presse du 25 septembre 2019.
La journaliste Sandra Muller et son avocat Francis Spizner à la conférence de presse du 25 septembre 2019. ©AFP - JACQUES DEMARTHON
La journaliste Sandra Muller et son avocat Francis Spizner à la conférence de presse du 25 septembre 2019. ©AFP - JACQUES DEMARTHON
La journaliste Sandra Muller et son avocat Francis Spizner à la conférence de presse du 25 septembre 2019. ©AFP - JACQUES DEMARTHON
Publicité

La journaliste Sandra Muller est à l'origine du mouvement #Balance Ton Porc, né sur les réseaux sociaux en octobre 2017 et qui visait à dénoncer les situations de harcèlement et d'agression sexuels. Sa condamnation pour diffamation envers Eric Brion risque-t-elle de dissuader les femmes de parler ?

Avec
  • Rebecca Amsellem Docteure en économie, fondatrice de la newsletter féministe "Les Glorieuses"

Fin 2017, déferlait la vague #Balance Ton Porc, un mouvement né sur les réseaux sociaux qui consistait à dénoncer les situations de harcèlements et d'agressions sexuels. A l'origine de ce mouvement devenu viral : la journaliste Sandra Muller.  Mercredi 25 septembre 2019, Sandra Muller a été condamnée pour diffamation. Elle devra payer 15 000 euros de dommages et intérêts et 5 000 euros de frais de justice au plaignant Eric Brion, qu'elle avait accusé de harcèlement sexuel dans un tweet en octobre 2017. Ce verdict pourrait-il entraver la libération de la parole des femmes, les dissuader de dénoncer les harceleurs ?

Guillaume Erner reçoit Rébecca Amsellem, activiste, fondatrice de la newsletter "Les Glorieuses", co-signataire d'une tribune publiée sur France Info qui dénonce la condamnation de Sandra Muller.

Publicité

Vous pouvez écouter l'interview dans son intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page ou consulter la vidéo ci-dessous.

La tribune "Nous savons ce que nous devons à #BalanceTonPorc"

7 min
7 min