Quartier de La Noé à Chanteloup-les-Vignes (78)
Quartier de La Noé à Chanteloup-les-Vignes (78)
Quartier de La Noé à Chanteloup-les-Vignes (78) ©AFP - JOEL SAGET
Quartier de La Noé à Chanteloup-les-Vignes (78) ©AFP - JOEL SAGET
Quartier de La Noé à Chanteloup-les-Vignes (78) ©AFP - JOEL SAGET
Publicité
Résumé

Précarité économique, logements exigus, difficultés d'accès au numérique, et parfois tensions avec les forces de l'ordre : les habitants des quartiers prioritaires des villes de banlieues sont particulièrement touchés par les conséquences de la pandémie de Covid-19.

avec :

Catherine Arenou (Maire LR de Chanteloup-les-Vignes dans les Yvelines et vice-présidente de l’association Villes & banlieue).

En savoir plus

Comment la crise du Covid-19 frappe les quartiers populaires ? Pour en parler, nous recevons Catherine Arenou, maire de Chanteloup-les-Vignes dans les Yvelines et vice-présidente de l’association des maires Ville et Banlieue.

Quand le confinement met en lumière les problèmes sociaux frappant les banlieues 

"Les quartiers populaires c’est en moyenne 50% des habitants qui ont moins de 25 ans et entre 30 à 40% de familles qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Et les familles en grande précarité sont éloignées du numérique et qui vivent de la solidarité et de l’humanité locale. C’est une vie très difficile à mener en temps de confinement."

Publicité

Cette crise souligne non seulement les inégalités, mais elle va les aggraver. Je pense qu’on a pas pris encore toute la mesure de ce qu’il va se passer sur nos territoires. Catherine Arenou

La reprise de l'école pour apaiser les tensions 

"Au-delà de la scolarisation et de l'éducation, il y a la socialisation. Dans nos quartiers la socialisation se fait par le groupe et le premier groupe est celui de l’école.C’est une vie normale de société qui reprend. Là les enfants, sont exclus de toute socialisation en ce moment."

Les difficultés de logistique pour permettre la reprise de l'école ne seront jamais aussi importantes que le drame que nous allons vivre d’enfants déscolarisés et désocialisés. Catherine Arenou

"Les difficultés que nous commençons à avoir sur nos territoires en Ile de France sont arrivées au moment des vacances. Elles sont arrivées au moment où le rythme n’existait plus et qu’il n’y avait plus rien."

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

8 min