Manifestants d’extrême gauche rendant hommage à Clément Méric place Saint-Michel à Paris le 3 septembre 2018.
Manifestants d’extrême gauche rendant hommage à Clément Méric place Saint-Michel à Paris le 3 septembre 2018. ©AFP - THOMAS SAMSON
Manifestants d’extrême gauche rendant hommage à Clément Méric place Saint-Michel à Paris le 3 septembre 2018. ©AFP - THOMAS SAMSON
Manifestants d’extrême gauche rendant hommage à Clément Méric place Saint-Michel à Paris le 3 septembre 2018. ©AFP - THOMAS SAMSON
Publicité

Le « Monde » a livré cette semaine des détails sur les projets d’attentats préparés contre des musulmans par un groupuscule d’extrême droite démantelé cet été. En 2013 pourtant, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault avait engagé la dissolution de ce type de groupuscules.

Avec

Il l'avait engagée au lendemain de l’assassinat de Clément Méric. Ce militant antifasciste avait été tué par des skinheads d’extrême droite. Leur procès a débuté mardi. La dissolution de l’ultra droite aurait-elle échoué ?  

Les Pieds sur terre
27 min

L'équipe