Au Pakistan, l'eau a submergé un tiers du pays.
Au Pakistan, l'eau a submergé un tiers du pays. ©AFP - Fida Hussain
Au Pakistan, l'eau a submergé un tiers du pays. ©AFP - Fida Hussain
Au Pakistan, l'eau a submergé un tiers du pays. ©AFP - Fida Hussain
Publicité

Au Pakistan, depuis début juin, des inondations meurtrières frappent le pays. Un bilan provisoire fait état de mille morts et l'on compte plus de 30 millions d'habitants touchés par cette catastrophe. Le pays peut-il faire face à ces inondations, qui risquent de se multiplier ces prochaines années ?

Avec
  • François Gemenne Spécialiste de la gouvernance du climat et des migrations, directeur de l’Observatoire Hugo à l’université de Liège, enseignant à Sciences-Po et à la Sorbonne

Depuis le début du mois de juin, au Pakistan, des inondations d'une ampleur et d'une brutalité inédites s'abattent sur le pays. Un habitant sur sept a été affecté par ces événements catastrophiques, que l'on attribue au dérèglement climatique : moussons particulièrement fortes, fonte des glaciers… Alors que le bilan risque de s'alourdir, et que l'Asie du Sud est la région du monde la plus touchée par la crise climatique, comment le pays peut-il s'adapter ? Et doit-on s'attendre à une multiplication de ces phénomènes ?

Guillaume Erner reçoit François Gemenne, rapporteur du GIEC, spécialiste des migrations environnementales, professeur à Sciences Po et à l’université de Liège.  Il est également auteur de Géopolitique du climat (Armand Colin, 2021).

Publicité

Des inondations d'une ampleur inédite

La combinaison d'une mousson particulièrement intense et de la fonte des glaciers dans les contreforts de l'Himalaya donne des inondations d'une "ampleur que le Pakistan n'avait jamais vue jusqu'ici". Un tiers du territoire est sous les eaux ce qui représente à peu près la moitié de la France métropolitaine.

Les limites de l'adaptation sont presque atteintes

Dans les négociations internationales sur le climat, un cap a été franchi. Le volet "pertes et préjudices" a été ajouté. Il reconnaît qu'à certains endroits il n'est plus possible de s'adapter, les pertes seront directes et appelleront des indemnités. Pour François Gemmene, la solution réside dans le déplacement des populations. Il faut se rendre compte que "certaines régions du monde deviennent inhabitables". Dans les pays du Sud, les limites de l'adaptation sont proches d'être atteintes : "quoi que l'on fasse, on va être dépassé par les impacts du changement climatique".

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Vivien Demeyère
Réalisation
Élodie Piel
Collaboration
Anna Pheulpin
Collaboration