Réfugiés en Méditerranée dans l’attente d’être secourus par l’Aquarius, navire humanitaire utilisé par SOS Méditerranée et Médecins Sans Frontières. Photo prise le 24 mai 2016.
Réfugiés en Méditerranée dans l’attente d’être secourus par l’Aquarius, navire humanitaire utilisé par SOS Méditerranée et Médecins Sans Frontières. Photo prise le 24 mai 2016. ©AFP - GABRIEL BOUYS
Réfugiés en Méditerranée dans l’attente d’être secourus par l’Aquarius, navire humanitaire utilisé par SOS Méditerranée et Médecins Sans Frontières. Photo prise le 24 mai 2016. ©AFP - GABRIEL BOUYS
Réfugiés en Méditerranée dans l’attente d’être secourus par l’Aquarius, navire humanitaire utilisé par SOS Méditerranée et Médecins Sans Frontières. Photo prise le 24 mai 2016. ©AFP - GABRIEL BOUYS
Publicité

Alors que le 20 juin est la Journée mondiale des réfugiés, de multiples embarcations de migrants essaient toujours de rejoindre l’Europe par la Méditerranée. L’Italie est en première ligne. Depuis plusieurs mois,les humanitaires y sont accusés d’entretenir des liens avec les trafiquants de migrants.

Avec
  • Antoine Pécoud professeur de sociologie à l’Université Paris 13, spécialiste des migrations internationales.

L'équipe