Photo prise à l’entrée de l’usine Danone de Bailleul dans le nord de la France le 23 novembre 2020. ©AFP - DENIS CHARLET
Photo prise à l’entrée de l’usine Danone de Bailleul dans le nord de la France le 23 novembre 2020. ©AFP - DENIS CHARLET
Photo prise à l’entrée de l’usine Danone de Bailleul dans le nord de la France le 23 novembre 2020. ©AFP - DENIS CHARLET
Publicité
Résumé

Lundi 1er mars 2021 au soir, le Conseil d'Administration de Danone s'est réuni pour décider des orientations à donner au groupe, tandis que le PDG Emmanuel Faber doit faire face aux pressions des actionnaires depuis plusieurs mois.

avec :

Gunther Capelle-Blancard (Economiste, professeur à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

En savoir plus

Lundi 1er mars 2021 au soir, le Conseil d'Administration de Danone s'est réuni pour acter les nouvelles orientations à donner au groupe. Il a décidé que l'ex PDG, Emmanuel Faber, conserverait la présidence de ce géant de l’agroalimentaire, mais en perdrait la direction générale. Pourquoi ce changement de gouvernance ? Emmanuel Faber doit, depuis quelques temps déjà, faire face aux pressions des actionnaires - les performances du groupe étant jugées peu satisfaisantes. Décrit comme atypique, il incarne un dirigeant prônant la justice et la responsabilité sociales des entreprises. Que disent ces tractations à la tête du groupe sur la capacité des entreprises et du modèle capitaliste à s’engager dans une démarche sociale et responsable ? 

Guillaume Erner reçoit Gunther Capelle-Blancard, économiste, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste des marchés financiers et de la responsabilité sociale des entreprises. 

Publicité

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.