Deux ans après la mise en place du CETA : quelles conséquences pour les agriculteurs ?

Les agriculteurs canadiens ne sont pas soumis à des exigences aussi strictes que les canadiens
Les agriculteurs canadiens ne sont pas soumis à des exigences aussi strictes que les canadiens  ©AFP - SEBASTIEN BOZON
Les agriculteurs canadiens ne sont pas soumis à des exigences aussi strictes que les canadiens ©AFP - SEBASTIEN BOZON
Les agriculteurs canadiens ne sont pas soumis à des exigences aussi strictes que les canadiens ©AFP - SEBASTIEN BOZON
Publicité

Ils se sont donné rendez-vous devant les préfectures de France. Aux cris de « Macron, réponds-nous ! », les agriculteurs réclamaient hier une meilleure considération. On leur reproche l’agriculture intensive, très bien.

Avec
  • Sophie Devienne ingénieure agronome, maître de conférences à AgroParisTech.

Mais en même temps, on les met en concurrence avec des pays aux normes plus laxistes. Au banc des accusés, le CETA, accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Canada. Lors de son application il y a deux ans, les défenseurs de l’accord promettaient des gains pour tous. Qu’en est-il aujourd’hui ? Deux ans après la mise en place du CETA : quelles conséquences pour les agriculteurs ?