Verre de vin rouge.
Verre de vin rouge.
Verre de vin rouge. ©Getty - Westend61
Verre de vin rouge. ©Getty - Westend61
Verre de vin rouge. ©Getty - Westend61
Publicité
Résumé

Le conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux a présenté mardi 10 mars 2020 son bilan de l’année 2019 et la filière s’inquiète. Le vin français est-il en péril ? Est-ce la fin de l'âge d'or ?

avec :

Hervé Remaud (professeur de marketing à la Kedge Business School, membre du Centre de recherche sur l’industrie des vins et des spiritueux, directeur du Global Executive NBA.).

En savoir plus

Le conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux a présenté mardi 10 mars 2020 son bilan de l’année 2019 et la filière s’inquiète… les ventes diminuent, particulièrement celles de Bordeaux. La tendance est à la baisse depuis plusieurs années. Les consommateurs ont changé ; des pays concurrents ont fait leur place sur le marché ; les Etats-Unis ont imposé de nouvelles taxes… La filière est-elle en crise ? Est-ce la fin de l’âge d’or pour le vin français ? 

Guillaume Erner reçoit Hervé Remaud, professeur de marketing à la Kedge Business School, membre du Centre de recherche sur l’industrie des vins et des spiritueux, directeur du Global Executive NBA.

Publicité

Une consommation à la baisse due aux goûts de plus en plus éclectiques des consommateurs  

"Les vins français sont relativement dépendants aujourd'hui aux marchés de l'export. Il y a effectivement sur les vins de Bordeaux, deux grands pays qui comptent la Chine. et les Etats-Unis. Aujourd'hui vu le contexte actuel, les prochains mois risquent d'être vraiment très tendus pour la filière vin en France." Hervé Remaud

"En France, on a conservé une forme de production qui est basée sur le terroir et qui est très, très bien, mais qui aussi apporte un certain nombre d'inconvénients, à savoir qu'on a peut être un peu plus de mal à s'adapter plus facilement à un changement des goûts des consommateurs." Hervé Remaud

La guerre commerciale France-USA : élément déclencheur d'une industrie dans l'impasse

" Quand vous augmentez de 25% un prix de départ ou un prix export de 5 euros, cela veut dire que vous sortez un petit peu du cœur de cible de que peuvent avoir la majorité des consommateurs américains vis-à-vis des vins de Bordeaux. Et donc, vous passez  le palier suivant où il y a beaucoup moins d'acheteurs. Et globalement, vous commencez à perdre des parts de marché." Hervé Remaud

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page ou en consultant la vidéo ci-dessus:

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
David Jacubowiez
Réalisation