/
/
/ ©Getty - SOPA Images
/ ©Getty - SOPA Images
/ ©Getty - SOPA Images
Publicité
Résumé

La Finlande et la Suède doivent envoyer mercredi 18 mai 2022 leur candidature au siège de l'OTAN, dans l'espoir de pouvoir adhérer à cette alliance politique et militaire internationale fondée en 1949, dans le contexte de la guerre froide. Quelles étapes attendent ces deux pays pour une adhésion ?

avec :

Alexis Vahlas (Enseignant à Sciences Po Strasbourg et à l’INSP (l'Institut National du Service Public) et ancien conseiller politique pour l’OTAN et l’Union Européenne).

En savoir plus

Après la Finlande, dimanche 15 mai 2022, la Suède a officialisé le lendemain sa volonté d’adhérer à l’OTAN. Les deux pays doivent envoyer mercredi 18 mai 2022 leur candidature à l’alliance transatlantique. Le sujet sera au cœur de la rencontre prévue le lendemain entre leurs dirigeants et le président américain Joe Biden. L’offensive des Russes en Ukraine a accéléré les velléités d’adhésion à l’OTAN qui réunit aujourd’hui 30 pays membres. Comment entre-t-on dans l’OTAN ? En quoi consiste une procédure d’adhésion ?

Guillaume Erner reçoit Alexis Vahlas, enseignant à sciences Po Strasbourg et à l’INSP (l'Institut National du Service Public, le nouveau nom de l'ENA) et ancien conseiller politique pour l’OTAN et l’Union Européenne.

Publicité

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

De nouveaux membres européens

Tous les pays ne peuvent pas entrer dans l’OTAN. "Une limitation est prévue au plus haut niveau d’autorité d’un texte officiel puisque c’est dans le traité de l’Atlantique nord du 4 avril 1949 que l’article 10 consacré à l’adhésion de nouveaux membres prévoit que seuls des États européens peuvent devenir membres de l’OTAN", explique Alexis Vahlas.

La Suède comme la Finlande sont considérés comme des États européens. "Quand la Turquie est devenue membre en 1952, il y avait eu quelques débats mais du point de vue de l’OTAN, on a considéré que la Turquie est un État européen".

"A partir du moment où la Russie ne respecte plus le principe sacro-saint d’inviolabilité des frontières, il faut en tirer des conséquences du point de vue finlandais". La meilleure des protections est de rejoindre l’OTAN.

Le processus d’intégration

Selon Alexis Vahlas, le but est d’annoncer un processus finalisé d'adhésion de la Suède et de la Finlande lors du prochain sommet de l’OTAN à Madrid les 29 et 30 juin 2022. "Trois étapes sont nécessaires : la lettre d’intention des candidats envoyée à l’organisation, la décision à l’unanimité des trente membres du Conseil de l’Atlantique nord d’accepter ces candidatures, et enfin l’envoi des instruments de ratification par la Suède et la Finlande au dépositaire des traités qui est le gouvernement des États-Unis".

"L’Alliance atlantique s’est engagée à ce qu’un jour la Géorgie et l’Ukraine deviennent des membres de l’OTAN mais dans les faits, cette intégration est difficile puisque ces deux États ont des régions séparatistes contrôlées par la Russie". L’OTAN ne veut pas s’engager à intervenir militairement pour récupérer ces régions-là. L’article 5 impose une solidarité entre les membres. "On ne s’est jamais retrouvé dans cette considération-là", ajoute Alexis Vahlas.

8 min

La réponse russe

"Les déclarations de Vladimir Poutine et de son gouvernement nous disent que c’est une menace et une mauvaise nouvelle qui aura des répercussions militaires. En réalité, rien n’est précis". Dans la doctrine russe, l’OTAN est déjà une menace et ce d’autant plus avec l’adhésion de la Suède et de la Finlande puisqu’elle disposera de ressources militaires supplémentaires. "Dissuader sans aller plus loin est l’approche russe depuis le début".

Tant les Russes que les Américains ont eu tendance à se désengager de traités concernant la maitrise de l’armement. "Plus vous avez de missiles et d'ogives, plus vous êtes en capacité de saturer le dispositif de protection adverse et donc de réussir votre frappe".