Depuis plus d'un an, une ambiance pesante se fait sentir sur la place de la Chapelle et rue Pajol.
Depuis plus d'un an, une ambiance pesante se fait sentir sur la place de la Chapelle et rue Pajol.
Depuis plus d'un an, une ambiance pesante se fait sentir sur la place de la Chapelle et rue Pajol. ©Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN
Depuis plus d'un an, une ambiance pesante se fait sentir sur la place de la Chapelle et rue Pajol. ©Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN
Depuis plus d'un an, une ambiance pesante se fait sentir sur la place de la Chapelle et rue Pajol. ©Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN
Publicité
Résumé

Tout est parti d’une pétition et d’un article du "Parisien", mi-mai, dénonçant le harcèlement de rue envers les femmes dans le quartier La Chapelle, à Paris. Dans la foulée, articles, reportages, tribunes, déclarations de personnalités politiques ont nourri l’hystérie collective.

avec :

Régis Meyran (anthropologue, chercheur associé à l’université de Nice, a coordonné avec Laurence de Cock « Paniques identitaire », ed. du Croquant et auteur de l’ouvrage « Le mythe de l'identité nationale », ed. Berg International.).

En savoir plus

Une hystérie collective autour des questions identitaires. Hier encore, "Libération" tentait d’y voir plus clair avec un reportage au cœur du quartier La Chapelle. Que révèlent ces crispations ? Comment se construisent ces « paniques identitaires » ?

A ECOUTER : "Quand c'est non, c'est non !"

Publicité

La "panique identitaire" est un concept inventé par Stanley Cohen au XXème siècle, qui a été repris pour l'appliquer à un cas particulier : celui de l'essor du nationalisme et des questions identitaires. Pour le définir très simplement, c'est une peur fondée sur un récit à la fois exagéré, viral, volatile, structuré par les politiques et les médias, et qui met en scène des identités figées. Régis Meyran, anthropologue

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Vivien Demeyère
Réalisation
Élodie Piel
Collaboration