Image satellite du 15 janvier 2022 de l’éruption du volcan Hunga-Tonga-Hunga-Haa'pai aux îles Tonga
Image satellite du 15 janvier 2022 de l’éruption du volcan Hunga-Tonga-Hunga-Haa'pai aux îles Tonga
Image satellite du 15 janvier 2022 de l’éruption du volcan Hunga-Tonga-Hunga-Haa'pai aux îles Tonga ©AFP - HANDOUT / NASA/NOAA
Image satellite du 15 janvier 2022 de l’éruption du volcan Hunga-Tonga-Hunga-Haa'pai aux îles Tonga ©AFP - HANDOUT / NASA/NOAA
Image satellite du 15 janvier 2022 de l’éruption du volcan Hunga-Tonga-Hunga-Haa'pai aux îles Tonga ©AFP - HANDOUT / NASA/NOAA
Publicité
Résumé

L'éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai survenue vendredi 14 janvier 2022 dans le Pacifique aux îles Tonga a provoqué un tsunami, entraînant des vagues de 15 mètres de haut. Elle a même été entendue jusqu’en Alaska, à 9 000 km du volcan. L'intensité de cette éruption était-elle prévisible ?

En savoir plus

Imaginez-vous complètement coupés du monde. C’est le sort réservé aux habitants des îles Tonga au milieu de l’océan Pacifique depuis l’éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai survenue vendredi 14 janvier 2022. L’éruption de ce volcan a provoqué un tsunami, entraînant des vagues de 15 mètres de haut. Des effets ont été observés jusque sur les côtes japonaises et américaines. Que s’est-il passé ? Aujourd’hui, ce petit royaume de 100 000 habitants est dévasté, recouvert de cendres et de poussières volcaniques – rendant son accès difficile. Pourquoi ce volcan est-il entré en éruption ? Qu’en sait-on à ce stade ?

Chloë Cambreling reçoit Jean-Christophe Komorowski, physicien, volcanologue à l’Institut de Physique du Globe de Paris, responsable des observatoires volcanologiques et sismologiques de l’IPGP.

Publicité

Vous pouvez écouter 'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

À lire aussi : Existe-t-il des liens entre éruptions volcaniques et changement climatique ?

L’intensité de l’éruption

Cette éruption a duré 8 minutes, a été entendue jusqu'en Alaska, les vagues du tsunami se sont propagées jusqu’au Chili, en Nouvelle-Zélande et même au Japon. On lit que c’est une des éruptions les plus puissantes de ces dernières décennies dans le monde. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Il y a une échelle d’intensité pour mesurer la puissance d’une éruption : l’indice d’explosivité volcanique, qui va de 0 à 8. Avec les données encore fragmentaires qu’on a aujourd’hui, on pense que cette éruption est de niveau 5 voire 6.

Il y a trois paramètres qui se combinent pour générer l’intensité de cette éruption. La quantité de magma impliquée dans l’éruption et son contenu en gaz, le fait qu’on a sûrement une éruption caldérique (un effondrement du toit d’une partie du réservoir magmatique a permis de décomprimer le magma chargé en gaz), et enfin le troisième facteur est l’interaction de ce magma avec l’eau de mer.

Un volcan sous-marin

On parle d’un volcan sous-marin. Pouvez-vous nous le décrire ?

Le volcan Hunga est un grand volcan qui fait 25 kilomètres de diamètre et qui est posé sur des fonds marins de 2000 à 3000 mètres de profondeur. Il remonte sur 2000 mètres de hauteur, jusqu’à 100 - 200 mètres en dessous de la surface de l’eau. Il est constitué d’un énorme cratère - une caldeira - qui fait environs 3 ou 4 kilomètres de diamètre.

Son activité volcanique depuis plusieurs décennie forme des petits cônes, reposant sur la caldeira, qui sortent de l’eau en petits îlots. C’est pour ça qu’il a un double nom.

On ne sait pas si l’éruption va continuer. Il y a eu une grosse phase paroxysmale le 15 janvier (2022) mais il faudra voir si cette activité continuera à déstabiliser le reste du réservoir.