/
/ ©Getty - fotograzia
/ ©Getty - fotograzia
/ ©Getty - fotograzia
Publicité

Pourquoi la question du rôle des océans dans la lutte contre le réchauffement climatique est-elle beaucoup plus visible dans la COP 27 comparé aux éditions précédentes ? Cette conférence s'est ouverte dimanche 6 novembre 2022 à Charm el-Cheikh, en Egypte.

Avec
  • Françoise Gaill biologiste, océanographe, directrice de recherche émérite au CNRS

Après Glasgow en Ecosse, en 2021, c’est à Charm el-Cheikh, en Egypte que s’est ouverte dimanche 6 novembre 2022 la COP 27. Cette conférence mondiale de l'ONU sur le climat fédère près de 200 pays. Comme chaque année depuis 1995, l’enjeu est de sceller des accords et des objectifs pour limiter le réchauffement climatique. A mi-parcours de cette 27e édition, qui doit se clôturer vendredi 18 novembre 2022, focus ce matin sur la place et le rôle des océans dans le système climatique. Une thématique qui, pour la première fois, occupe une place centrale dans la COP.

Jean Leymarie reçoit Françoise Gaill, biologiste, océanographe, vice-présidente de la plateforme Ocean et Climat et conseillère scientifique au CNRS pour l’océan. Françoise Gaill codirigé l’ouvrage L’océan à découvert ed. CNRS.

Publicité

L'océan plus visible dans la COP 27

"La COP21 a été la première COP à parler de l'océan, à l'identifier comme un écosystème important dont il faut tenir compte dans les actions que nous menons sur le changement climatique", rappelle Françoise Gaill. "Depuis cette COP, cependant, même s'il y a eu quelques interventions en faveur de la protection des océans, les choses n'étaient pas aussi visibles. C'est la première fois aujourd'hui que les scientifiques ont décidé de s'organiser pour avoir un "pavillon océan", pour affirmer son importance", souligne-t-elle.

La place des océans dans le climat

"Deux éléments sont majeurs pour comprendre l'importance de l'océan dans la lutte contre le dérèglement climatique", explique l'océanographe : "L'océan est d'abord un puits de carbone, donc il joue un rôle dans tout ce qui est atténuation". Mais, un phénomène est moins connu : "la chaleur dégagée par les émissions de gaz à effet de serre, pour plus de 90 %, est également absorbée par l'océan".

La COP27 et après ?

L'attente vis-à-vis de cette COP est donc énorme : "nous pensons que les solutions basées sur l'océan nous permettront d'avancer", affirme Françoise Gaill. Cette dernière rappelle en effet que "les états qui souffriront le plus du dérèglement climatique ne sont pas les états du Nord mais plutôt les petits états insulaires qui vont voir le niveau de la mer augmenter qui, peut-être, va faire disparaître les plus petits d'entre eux. A cet égard, les solutions basées sur l'océan, si les Etats et les Nations-Unies s'en emparent, et c'est leur rôle, pourraient avoir des conséquences majeures".

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

L'équipe