Musée de la Grande Guerre, Péronne, Somme.
Musée de la Grande Guerre, Péronne, Somme.
Musée de la Grande Guerre, Péronne, Somme.  ©Getty - Philippe Lissac
Musée de la Grande Guerre, Péronne, Somme. ©Getty - Philippe Lissac
Musée de la Grande Guerre, Péronne, Somme. ©Getty - Philippe Lissac
Publicité
Résumé

Vendredi 21 mai 2021, Emmanuel Macron a acté la généralisation du pass culture pour celles et ceux qui ont 18 ans. La mesure avait jusque là été expérimentée dans plusieurs départements. Qu'attendre de cette généralisation et de ses effets sur les pratiques culturelles des plus jeunes ?

avec :

Emmanuel Négrier (Directeur de recherche CNRS en science politique au CEPEL (Centre d’Etudes Politiques de l’Europe latine) à l’Université de Montpellier).

En savoir plus

La généralisation du Pass culture, c'est une promesse de campagne pour Emmanuel Macron. Enfin concrétisée, son objectif est notamment d’amener les jeunes vers les expositions, les spectacles, les livres, le cinéma, la musique… et d’attirer ceux qui sont les plus éloignés de la culture. La mesure avait jusque-là été expérimentée dans quelques départements. Qu’a-t-il été tiré de cette expérience ? Que peut-on espérer avec la généralisation de ce pass ? 

Guillaume Erner reçoit Emmanuel Negrier, directeur de recherche au CNRS en science politique au CEPEL à l’Université de Montpellier. Auteur notamment de « Culture et métropole » avec Philippe Teillet, ed. Autrement.

Publicité

Emmanuel Negrier nous présente ce pass culturel : 

C'est un dispositif qui procède par un crédit accordé à tous les jeunes de 18 ans (...). Et ce crédit qui vous est accordé vous pouvez le dépenser en achetant des livres, des places de cinéma, en s'abonnant à des plateformes musicales, en achetant des places de festival ou même en s'inscrivant à des cours de musique ou de pratiques artistiques.

Ce dispositif a subi différentes modifications au cours de sa conception, en tenant compte notamment des effets de l'expérimentation. 

La première modification c'est de limiter à 100 euros les achats numériques : parce qu'on a vu qu'il y avait une certaine tendance à acheter des biens numériques. (...) La deuxième chose, c'est qu'on a essayé de faire en sorte que les jeunes n'aient pas tendance à acheter des biens correspondants à leurs goûts mais expérimentent d'autres choses. 

L'application est ainsi dotée d'un "algorithme inversé", pensé pour proposer des produits culturels que l'utilisateur ne connaît pas. 

Mais est-il possible de faire des prévisions sur l'utilité de ce dispositif ? Pour Emmanuel Négrier, l'on peut déjà prévoir que ce pass culturel sera majoritairement utilisé par des individus qui ont déjà accès à l'offre culturelle : 

Ça ne va pas régler le problème de l'inégal accès à la culture (...). Le chèque culture d'une certaine manière, son slogan ce serait : "Libérez les affranchis", c'est à dire donner des possibilités à ceux qui n'ont pas de problème d'accès.

Vous pouvez écouter l’interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

À lire aussi : Le Pass culture pour plus de quatre millions de jeunes, "c'est une belle promesse d'espoir !"

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Elodie Piel
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation